frendeitrues

Depuis 2004, la mission Cassini ausculte l’environnement de Saturne et, en particulier, son plus grand satellite Titan. Prolongée jusqu’en 2017, l’un de ces objectifs principaux est de déceler des changements saisonniers à la surface de Titan (1 année sur Titan = 30 années terrestres) et notamment au niveau des lacs d’hydrocarbure du pole Nord du satellite où l’été approche. Cependant, aucune modification de ces lacs n’avait été clairement détectée (ni changement de niveau, ni évaporation, ni vagues) jusqu’à ce 10 juillet 2013 où une « île » est mystérieusement apparue sur Ligeia Mare, le second plus grand lac de Titan, avant de disparaître. L’article publié ce dimanche 22 juin dans Nature Geoscience par Hofgartner et al.  et dont Alice Le Gall du LATMOS-UVSQ est co-auteure, présente l’étude de ce phénomène transitoire et en propose plusieurs origines sans trancher : des vagues, des remous à la surface, de la vase ou un « iceberg » s’étant déplacé depuis. Gageons que d’autres observations du même type suivront !

© Hofgartner/Cornell/JPL/NASA/ESA/ASI



 

 

Reference : Hofgartner, J., Hayes, A., Lunine, J., Zebker, H., Stiles, B., Sotin, C, Barnes, J. W., Turtle, E., Baines, K., Brown, R., Buratti, B., Clark, R., Encrenaz, P., Kirk, R., Le Gall, A., Lopes, R., Lorenz, R., Malaska, M., Mitchell, K., Nicholson, P., Paillou, Ph., Radebaugh, J., Wall, S. and Wood, C., The discovery of transient features in a Titan sea, Nature Geoscience, in press

Lien vers l’article du Monde : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/06/22/lile-mysterieuse-dun-satellite-de-saturne/

http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo2190.html