frendeitrues

Actualités

Prev Next

jeudi 27 juin 2019

Conférence ouverte à tous le 12 juille…

Conférence ouverte à tous le 12 juillet

10 ans pour le Latmos, 15 ans pour SPICAM ! Les anniversaires se succèdent, les succès se fêtent au Latmos toute l'année. N'oubliez pas de vous inscrire auprès de anabelle.doisy@uvsq.fr

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 21 juin 2019

Retour en vidéo sur le 23 mai

Retour en vidéo sur le 23 mai

Le Latmos est heureux d'avoir pu recevoir ses partenaires institutionnels et industriels et d'avoir rencontré ceux qui pourraient le devenir demain. L'implication des équipes a permis de montrer tout le potentiel et l'expertise disponible au laboratoire. Un grand merci à tous les visiteurs et participants !

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 15 avril 2019

Premiers résultats pour l’ExoMars Tra…

Premiers résultats pour l’ExoMars Trace Gas Orbiter

Avec le soutien financier du CNES, et le support humain du CNRS, l’université Paris Saclay et Sorbonne Université, le LATMOS associé à d’autres laboratoires français* jouent un rôle majeur dans la mission Trace Gas Orbiter. Ils ont participé à la conception de l’instrument Atmospheric Chemistry Suite (ACS) et actuellement à l’exploitation de ses observations. ACS est sous la responsabilité du Space Science Institute (IKI) de Moscou alors que le LATMOS en assure la co-responsabilité scientifique et prend une large part au segment sol pour assurer le traitement et l’analyse des données du canal ACS MIR opérant dans l’infrarouge moyen et qui permet la détection de molécules d’eau, de méthane et d’autres composants trace de l’atmosphère martienne. Celles-ci forment la base des résultats présentés dans deux articles publiés dans Nature le 10 avril 2019 : l’un d’entre eux conclut à la non-détection de méthane martien et le second étudie l’effet d’une tempête globale sur la vapeur d’eau martienne.*LMD, LESIA, IAS, GEOPS et le LGL (Université de Lyon) Deux articles publiés aujourd'hui dans la revue Nature décrivent de nouveaux résultats en provenance de Mars. Ces résultats ont été obtenus par l'orbiteur ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) de l’ESA et de Roscosmos qui s’est inséré en orbite autour de Mars en octobre 2016 et qui a passé plus d'un an à atteindre son orbite finale. La phase scientifique de TGO a débuté fin avril 2018, un mois seulement avant le début d’une tempête de poussière globale qui allait entraîner la disparition du rover Opportunity de la NASA. Les 5 sondes actuellement en orbite ont toutefois pu continuer à observer Mars et TGO a pu suivre le début et l'évolution de cette tempête.Deux instruments à bord de TGO, ACS (dont F. Montmessin est co-responsable scientifique) et NOMAD, ont effectué leurs premières mesures de l'atmosphère à...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 08 avril 2019

Une vie après le Latmos

Une vie après le Latmos

Après avoir obtenu leurs diplômes de doctorat, soutenus au LATMOS, Ruben Hallali et François Mercier fondent ensemble une start up, HD Rain, que nous vous avions présentée ici :Docteur au latmos et après ? A partir de mardi 9 avril, 20h, vous pourrez retrouver Ruben dans l'émission Tech & Co de la chaîne BFM Business. Durant cette émission sera diffusé le premier volet d'une série de 6 épisodes d'environ 13 minutes, Foundation, que vous pourrez suivre chaque mardi. Elle a pour but de mieux comprendre la vie de trois entrepreneurs en les suivant dans leur quotidien. Le LATMOS y est mis en valeur par Ruben dont c'est l'un des environnements de travail puisque nous partageons les locaux avec HD Rain depuis sa création.   De gauche à droite les trois fondateurs de HD Rain : Duminda Ratnayake, Ruben Hallali, François Mercier  

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mercredi 20 février 2019

Programme des réjouissances pour l'anni…

Programme des réjouissances pour l'anniversaire du LATMOS

        A l'occasion de ses 10 ans le Latmos propose un programme de festivités tout au long de l'année afin de montrer comment le laboratoire a su s'inscrire dans la continuité de l'expertise développée par ses deux fondateurs, le Service d'Aéronomie et le CETP et innover pour créer sa propre identité nourrie de ces richesses.       C'est lors de la traditionnelle galette, en janvier que le directeur, Philippe Keckhut a symboliquement posé les premiers jalons de cette année. Le 15 février, la première conférence revenant sur l'expertise radar-lidar a ouvert le cycle des 10 proposées, toutes étant l'occasion de fêter l'anniversaire d'une mission ou d'une technologie développée au LATMOS. Ces conférences auront lieu à raison d'une par mois avec une pause en août. Elles sont ouvertes à tous. Chacune sera annoncée via une actualité quinze jours avant qu'elle ait lieu, sur notre site web. Le 23 mai une demi-journée sera consacrée à renforcer le lien avec nos partenaires. Le Latmos y sera présenté dans toute sa dimension technologique. Des visites seront organisées. Cet évènement est accessible aux personnels du laboratoire et sur invitation. Le 14 juin sera la journée des personnels telle qu'elle a lieu chaque année mais avec des surprises ! Du 12 au 15 septembre (bien que figurant en juin où il était initialement prévu sur notre programme) nous participerons à l'anniversaire des 80 ans du CNRS. Pour le célébrer les délégations d'Ile-de-France organisent un évènement phare au château de Gif-sur-Yvette. Les chercheurs et ingénieurs du laboratoire proposeront des ateliers et des conférences. Par ailleurs ce sera l'occasion de projeter pour la première fois le film commun au LATMOS, au LESIA et à l'IAS "Le spatial dans trois labos franciliens". Les journées du 12 et 13 sont réservées aux scolaires, le 14 et le 15 seront ouverts à tous publics. Le 21 septembre nous profiterons des...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 18 février 2019

Vidéo de présentation de l'instrument …

Vidéo de présentation de l'instrument WISDOM

https://www.youtube.com/watch?v=ZnJ0wtu_48s&list=PLVDexVGJCe0ceEmcC8YYrEb2jjG396LHH&index=11 Cette vidéo présente le radar à pénétration de sol WISDOM (Water Ice and Subsurface Deposit Observation on Mars), instrument faisant partie de la charge utile de la mission ExoMars2020. Cet instrument est développé sous la responsabilité du LATMOS. Son objectif principal est de caractériser l'environnement en surface et sous la surface de Mars pour sélectionner les endroits les plus propices à la recherche de traces de vie.    

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 08 février 2019

L'atmosphère terrestre s'étend jusqu'…

L'atmosphère terrestre s'étend jusqu'à la Lune - et au-delà

English below : Earth’s atmosphere stretches out to the Moon – and beyond La partie la plus éloignée de l'atmosphère de notre planète s'étend bien au-delà de l'orbite lunaire, à près de deux fois la distance à la Lune.Une découverte récente basée sur des observations de l'Observatoire Solaire et Héliosphérique (SOHO) de l'ESA/NASA montre que la couche gazeuse qui entoure la Terre peut atteindre 630 000 km, soit 50 fois le diamètre de notre planète. The Earth and its hydrogen geocorona seen from the Moon. This ultraviolet picture of the Earth and its surrounding geocorona was taken in 1972 by a camera operated by Apollo 16 astronauts on the Moon. "La Lune vole à travers l'atmosphère terrestre ", déclare Igor Baliukin, de l'Institut de Recherche Spatiale de Moscou (IKI), premier auteur de l'article qui présente les résultats."Nous n’en avions pas vraiment conscience avant d’analyser complètement ces observations faites il y a plus de deux décennies par l’observatoire spatial SOHO."Là où notre atmosphère se fond dans l'espace, il reste un vaste nuage d'atomes d'hydrogène appelé la géocouronne. L'un des instruments de SOHO, SWAN, a utilisé ses capteurs sensibles pour détecter la signature de l’hydrogène et mesurer avec précision l’extrême limite de la géocouronne. Ce mot a été proposé pour la première fois en 1959 par le célèbre Professeur Shklovsky, justement de ce même laboratoire IKI de Moscou, pour désigner ce nuage d’hydrogène dont l’existence venait d’être suggérée par des expériences américaines en fusée.Les planètes rocheuses dont l'exosphère contient de l'hydrogène indiquent la présence de vapeur d'eau au niveau du sol. C'est le cas de la Terre, de Mars et de Vénus."C'est particulièrement intéressant lorsque l'on cherche des planètes habitables, donc avec de l’eau liquide et responsable à l’origine de l’instrument SWAN.Le premier télescope sur la Lune, placé par les astronautes d'Apollo 16 en 1972...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

jeudi 31 janvier 2019

Validation des mesures de vent d’AEOLU…

Validation des mesures de vent d’AEOLUS

La validation des mesures de vent du lidar spatial AEOLUS a commencé à l’Observatoire de Haute-Provence (OHP) en janvier 2019. La mission AEOLUS de l ‘Agence Spatiale Européenne (ESA) a pour objectif des mesures globales de vent par lidar depuis l’espace afin d'améliorer les prévisions météorologiques. Le satellite a été lancé en août 2018 et des mesures régulières sont effectuées depuis décembre 2018. L'objectif du lidar vent est la détermination du décalage Doppler de la raie laser rétrodiffusée par l’atmosphère en lien avec la vitesse du vent. Le lidar comporte 2 voies de mesures, les voies Rayleigh et les aérosols, s’appuyant respectivement sur la diffusion de la lumière laser par les molécules de l’air et par les particules en suspension dans l’air. La voie Rayleigh dérive directement de la méthode mise au point par le LATMOS (brevet CNRS), le filtrage optique fin s’effectuant avec un interféromètre de Fabry-Pérot à double zone, et en fonctionnement sur les 2 lidars sol de l’OHP et de l’Observatoire de Physique de l‘Atmosphère (OPAR) de la Réunion. Ces 2 lidars sous la responsabilité du LATMOS ont été sélectionnés par l’ESA pour participer aux activités de CalVal (calibration-validation) de la mission AEOLUS. Lâcher du ballon météo durant la campagne AboVE-OHP pour la validation de la mission spatiale ESA Aeolus (S. Khaykin) Lidar LiVent-Maido, Observatoire du Maido, La Reunion. (N. Marquestaut) Contacts chercheurs : Sergey Khaykin, chercheur UVSQ au LATMOS, Tél. : 01 80 28 50 06 Alain Hauchecorne directeur de recherche émérite CNRS au LATMOS, Tél. : 01 80 28 50 24 / 06 43 64 94 56

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 06 novembre 2018

IASI prêt à décoller !

IASI prêt à décoller !

Lancement du satellite Metop-C, avec le sondeur atmosphérique IASI à son bord La mission IASI, qui devrait être lancée à bord du satellite Metop-C dans la nuit du 6 au 7 novembre, va permettre aux scientifiques de mieux comprendre comment les activités humaines affectent la qualité de l’air et le climat. Cet instrument, construit par le Centre national d’études spatiales (CNES) et piloté par l’agence européenne EUMETSAT en collaboration avec l’ESA, est un condensé de technologie qui permet à la fois d’améliorer les prévisions météorologiques, de mesurer les concentrations des gaz polluants, et de surveiller une série de paramètres clefs pour l’étude du climat. IASI, à bord de Metop-C, sera le troisième et dernier instrument de la série et volera en tandem avec les 2 premiers (lancés en 2006 et 2012). Cette combinaison permettra une couverture géographique exceptionnelle et inédite : tous les points du globe seront surveillés 6 fois par jour, et les données seront disponibles moins de 2 heures après le passage du satellite. En utilisant des techniques d’analyse « big data » les plus de 3 millions d’observations disponibles chaque jour seront analysées. Ces observations permettront de donner des alertes pour le suivi des épisodes de pollution, des grands feux, des éruptions volcaniques, et des catastrophes industrielles. Sur le long terme, la mission permettra de mesurer, sur une période d’une vingtaine d’années, les paramètres essentiels à la surveillance de l’évolution du climat (surface, nuages, poussières désertiques, gaz à effet de serre) et de l’évolution de la couche d’ozone en Antarctique. La technique de mesure, qui repose sur la télédétection infrarouge passive, utilise un spectromètre à transformée de Fourier travaillant dans la gamme spectrale de l’infrarouge thermique. Le sondeur IASI combine une résolution spectrale (8461 canaux de mesure), avec une bonne performance radiométrique (rapport signal/bruit) et une excellente couverture géographique combinée...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 30 octobre 2018

CFOSAT lancement réussi !

CFOSAT lancement réussi !

Succès pour la mission CFOSAT présentée ici : http://www.latmos.ipsl.fr/index.php/fr/actualites/61-actualites/actu-latmos/4625-lancement-imminent-pour-cfosat   Crédits photo : Maurice Imbard Le CNES a aussi diffusé une vidéo qui montre le lancement jusqu'à la séparation :- sur twitter : https://twitter.com/CNES/status/1056859130927943681- sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=laxCNs_87Z8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0twAXwf7OvUaZ7zro--cm7fJCjp_kVCHqNt7QlH8Po1ssh8pQiKcZ7wys Crédits photo : Maurice Imbard  

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 26 octobre 2018

PHEBUS va bien !

PHEBUS va bien !

Lundi 22 octobre aux alentours de 18:40 CEST, PHEBUS est le premier des instruments de la mission BepiColombo à donner signe de vie et tout va bien ! L'instrument a été allumé pendant près de 25 minutes le temps de faire quelques vérifications basiques (consommation de courant, test de connexion, synchronisation de l'heure des paquets de télémétrie, vérification des tensions, des températures des sous-systèmes, etc.) et de procéder ensuite avec succès au déverrouillage du mécanisme de pointage (scanner) de l'instrument. La prochaine étape prévue le 7 décembre 2018 sera de tester la rotation du télescope de l'instrument. Pour en savoir plus : http://phebus.projet.latmos.ipsl.fr/actualite/phebus-va-bien/ [1] En anglais également : http://phebus.projet.latmos.ipsl.fr/en/actualite/phebus-is-behaving-well/ [2]   Mécanisme de pointage (scanner) permettant de faire tourner le télescope (ensemble baffle et miroir primaire) de l'instrument PHEBUS

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 26 octobre 2018

Grand succès pour la première écoute…

 Grand succès pour la première écoute de la station spatiale internationale !

L'antenne UHF sur le parking du Latmos à Guyancourt Un contact Radioamateur a eu lieu le mercredi 24/10/2018 vers 10H22 (heure de Paris). Les réponses de Alexander GERST (à bord de l'ISS) étaient clairement audibles. Cette écoute avait pour but de tester la qualité de réception de l'antenne UHF du LATMOS. Celle ci contribuera à recevoir les données du satellite MinXSS-2 (LASP / CU-Boulder). L'interface de contrôle du récepteur radio. Le pic au centre de l'image représente le signal vocal de Alexander GERST.   L'interface de contrôle de l'antenne. Le disque blanc au centre de l'image représente la zone d'écoute de l'ISS.  

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 26 octobre 2018

Découverte d'ozone au sommet des nuages…

Découverte d'ozone au sommet des nuages de Vénus

De l'ozone (O3 a été détecté au dessus des pôles de Vénus (au delà de 50° de latitude) à proximité des nuages soit à une pressions comparable à celle où se situe la couche d'ozone terrestre.Bien que l'ozone soit environ 1000 fois moins abondant sur Vénus que sur Terre, ce résultat met potentiellement en cause les critères utilisés pour déterminer l'éventuelle habitabilité des exoplanètes.L'ozone, la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone sont présents sur Vénus qui est pourtant inabitable. Publication : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S001910351830352X?via%3Dihub Liens : http://www.latmos.ipsl.fr Cartographie de l'abondance moyenne en ozone sur l'hémisphère diurne de Vénus pendant la mission Venus Express (2006-2014). Contacts : Emmanuel Marcq, 01.80.28.52.83, emmanuel.marcq@latmos.ipsl.fr Franck Lefèvre, 01.44.27.47.73, franck.lefevre@latmos.ipsl.fr

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 26 octobre 2018

Lancement imminent pour CFOSAT

Lancement imminent pour CFOSAT

Lancement imminent (29 octobre 2018) de la mission spatiale franco-chinoise CFOSAT pour l'observation de la surface des océans. La mission spatiale CFOSAT (China France Oceanography SATellite) a été conçue pour répondre au besoin d’amélioration des connaissances concernant les caractéristiques de la surface océanique (vent, vagues), et leurs impacts sur les échanges entre l’atmosphère et l’océan qui jouent un rôle majeur dans le système climatique. Elle permettra par exemple d’étudier des aspects mal connus du rôle des vagues sur les basses couches de l’atmosphère, sur l’océan superficiel, et sur la glace de mer en zone polaire. De manière complémentaire aux autres observations spatiales actuelles, CFOSAT permettra de fournir des observations cruciales pour la prévision atmosphérique, la prévision de l’état de la mer, et la modélisation numérique du système couplé océan-atmosphère. Elle apportera également une description précise des conditions de vagues en haute mer qui conditionnent l’impact des vagues sur l’évolution des zones littorales. CFOSAT est une mission originale à plusieurs titres. En premier lieu, il s’agit de la première coopération pour une mission spatiale conjointe entre la France et la Chine, qui ont uni leurs compétences et moyens pour développer et mettre en oeuvre de nouveaux concepts de mesure depuis l’espace. Ainsi, le satellite embarque deux instruments radar fonctionnant autour de 2 cm de longueur d’onde, l’un dédié à la mesure du vent (SCAT conçu et développé en Chine), l’autre (SWIM, conçu et développé en France), dédié à la mesure des propriétés détaillées des vagues (hauteur, longueurs d’onde et directions de propagation dominantes). C’est la première fois qu’une mission spatiale est entièrement dédiée à la mesure globale et simultanée du vent et des vagues à la surface de l’océan. Par ailleurs chacun des deux instruments repose sur des concepts nouveaux, jamais mis en œuvre depuis l’espace. En effet grâce à leur géométrie illuminant...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 09 octobre 2018

Campagne de mesures radar en Corse

Campagne de mesures radar en Corse

Le projet Exaedre, première campagne scientifique européenne dédiée à l'activité électrique, "chasse actuellement les éclairs" en Corse depuis le 13 septembre jusqu'au 12 octobre à bord d'un "labo volant" mais également depuis le sol, afin d'améliorer la prévision et les connaissances de ce processus physique peu étudié. Une partie de cette campagne est déployée sur le site de san Giuliano (INRA) depuis fin juin  ou sont impliqués plusieurs instruments du laboratoire :  - un microlidar proche IR pour l'étude des aérosols - le radar 10 GHz ROXI pour les mesures de précipitation - 2 radars 95 GHz BASTA dédié à la mesure de la microphysique des nuages et l'autre partie le "labo volant" à bord du Falcon 20 de l'UMS SAFIRE - le radar 95 GHz aéroporté RASTA pour la mesure de la microphysique des nuages également et voici un lien d'une diffusion sur france 3 Corse de cette manip : https://www.youtube.com/watch?v=4y1bQ-BnqrQ Autre photo du radar ROXI :

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 08 octobre 2018

PHEBUS, spectromètre français embarqu…

PHEBUS, spectromètre français embarqué sur la mission BepiColombo, bientôt en route pour Mercure

PHEBUS, un spectromètre français embarqué sur la mission BepiColombo, bientôt en route pour Mercure   Contact : E. Quemerais, responsable scientifique Le 20 octobre à 03:45 (heure de Paris), la mission spatiale Bepi-Colombo sera lancée depuis le Centre Spatial de Kourou en Guyane, à destination de la planète Mercure. La mission embarquera seize instruments scientifiques, parmi lesquels le spectromètre PHEBUS conçu sous la responsabilité scientifique et technique du LATMOS. English version of this article   La planète Mercure Figure 1. Transit de Mercure devant le Soleil observé dans l’UV par le satellite SDO. Crédit: NASA Mercure est la planète la plus proche du Soleil (Figure 1). Comme la Lune, Mercure est un astre inerte et désert, doté d’une enveloppe gazeuse très ténue. Sa proximité du Soleil (57,9 millions de kilomètres en moyenne) conjuguée à l’absence de protection atmosphérique, fait subir à la planète des écarts de température extrêmes allant de + 430°C côté jour à -180°C côté nuit, ainsi qu’un niveau de radiations solaires dix fois plus élevé que la Terre. Son environnement hostile fait qu'il est difficile d’y envoyer des sondes spatiales et des instruments de mesure pouvant résister à ces écarts de températures extrêmes. Après les sondes américaines MARINER 10 (1973) et MESSENGER (2004), la mission Bepi-Colombo est la troisième mission pour l’exploration de la surface et de l’environnement de Mercure. La mission BepiColombo Première mission européenne à destination de Mercure, Bepi-Colombo est le fruit d'une collaboration entre les agences spatiales européenne (ESA) et japonaise (JAXA). Ce projet est né en 2003 et a impliqué 14 pays européens et le Japon, qui ont relevé les défis technologiques imposés par l'environnement hostile de Mercure. La mission est composée de 2 sondes spatiales (Figure 2) qui se sépareront à l'approche de Mercure pour effectuer chacune leur mission scientifique sur leurs orbites respectives. La JAXA est responsable de la sonde MMO (Mercury Magnetospheric...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 02 octobre 2018

Fête de la science avec le LATMOS !

Fête de la science avec le LATMOS !

Cette année encore le laboratoire participera à la fête de la science organisé à l'OVSQ, l'observatoire des sciences de l'univers de l'université de Versailles Saint-Quentin. Tous les détails sont développés ici : https://www.fetedelascience.fr/pid35201/fiche-evenement.html?identifiant=12234636 Et de façon plus générale à l'UVSQ là : http://www.uvsq.fr/la-fete-de-la-science-2018-a-l-uvsq-399651.kjsp#KLINK Au plaisir de vous retrouver la semaine prochaine !

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 04 septembre 2018

Premier vol stratosphérique réussi pou…

Premier vol stratosphérique réussi pour le microlidar BeCOOL

Le lidar BeCOOL Développé au LATMOS, et dérivé de la filière microlidar du projet IAOOS (PI J. Pelon), le microlidar aérosol BeCOOL (Balloonborne Cirrus and convective overshOOt Lidar (PI F. Ravetta, chef de projet V. Mariage) a volé pour la première fois sous ballon stratosphérique dans la nuit de mercredi 22 août au jeudi 23 août 2018 depuis la base de Timmins (Ontario, Canada), opérée conjointement par le CNES et l'Agence Spatiale Canadienne. Intégré au sein de la nacelle Zéphyr (chef de projet E. D'Almeida), BeCOOL a livré des premières mesures prometteuses, de bon augure pour son déploiement début 2019 lors de la première campagne STRATEOLE-2 (PI A. Hertzog, LMD). Félicitations aux ingénieurs du LATMOS pour cette réussite : Eric D'Almeida, Agustin Caro, Vincent Mariage, Emmanuel Brousse. Coupe hauteur temps du logarithme du signal lidar, corrigé en distance et moyenné sur une minute. On observe la stratosphère entre 20 et 11 kilomètres d'altitude, des cirrus en dessous de la tropopause, la couche résiduelle nocturne d'aérosols entre le sol et trois kilomètres d'altitude. En fin de vol, le niveau de bruit augmente avec le lever du soleil.   Une équipe technique soudée qui n'a pas perdu le sourire après la récupération de la nacelle Zéphyr, qui a joué le rôle de cinquième amortisseur pour la nacelle du CNES, sans dommage apparent pour le lidar.   La nacelle Zéphyr   Zéphyr est la nacelle charge utile qui sera embarquée sous les ballons pressurisés stratosphériques (BPS) utilisés par le projet Stratéole 2. Elle accueille les différents instruments impliqués dans ce projet, et assure, pendant les trois mois que durent les vols BPS, plusieurs fonctions génériques : contrôle thermique, localisation, communication bord-sol, gestion de l’énergie. Zéphyr est développé conjointement par le LATMOS, le LMD et la DT-INSU, en étroite collaboration avec la sous-direction ballon du CNES. Le premier vol de la nacelle Zéphyr s'est déroulé dans...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 24 août 2018

Workshop international LATMOS - 27 au 2…

 Workshop international LATMOS - 27 au 29 août 2018 -

N'hésitez pas à participer au workshop international du 27 au 29 août 2018 à l'amphi Charpak du LPNHE (Jussieu). https://events.oma.be/indico/event/51/overview Notamment une des tables rondes est prévue le mercredi 29 août 2018. La discussion sera associée aux missions spatiales possibles et à la coopération internationale. Plusieurs thèmes seront abordés (atmosphère, ionosphère, climat, Soleil, météorologie spatiale, éducation, etc.). Nos collègues du LASP (Dan Baker, Tom Woods, ...) seront présents ainsi que ceux des autres nations du programme INSPIRE (Singapour, Taiwan, Inde, Belgique, Emirats Arabes Unis, etc.). Si vous êtes intéressés, n'hésitez pas à venir à l'amphithéâtre Charpak pour suivre cette discussion qui commencera à 14H20 le 29 août 2018.  

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 23 juillet 2018

Ariane Bazureau évoque sa surdité

Ariane Bazureau évoque sa surdité

Dans ce reportage consacré à l'une de ses amies ayant le même handicap qu'elle, Ariane évoque son travail au LATMOS et plus particulièrement Calipso. https://www.arte.tv/fr/videos/067843-000-A/l-eloquence-des-sourds/

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mercredi 11 juillet 2018

Allez les bleus !

Allez les bleus !

Le LATMOS soutient l'équipe de France

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 02 juillet 2018

Journée spatiale à Sorbonne Universit…

Journée spatiale à Sorbonne Université le 2 juillet 2018

Dans le cadre de l'initiative du programme JANUS de promotion des projets de nano-satellites étudiants, Sorbonne Université développe depuis 2013 le campus spatial étudiant « CurieSat ». Cette opération, portée à l'origine par les UFR d'Ingénierie et de Physique, est désormais également soutenue par l'UFR Terre, Environnement, Biodiversité et l'OSU Ecce Terra. Le campus spatial a notamment pour objectif de développer et de lancer un nano-satellite. IL permet à des étudiants de travailler, en fonction de leur formation, sur les différentes facettes d'un projet spatial, à travers des stages de durées variables selon leurs niveaux d'études. Nous avons a constaté à la fois une très grande richesse des activités dans le domaine spatial au sein nos laboratoires concernés et simultanément une connaissance réciproque relativement faible entre ces différents acteurs. La journée « Le spatial à Sorbonne Université » sur le campus Pierre et Marie Curie, est l'occasion de pouvoir recenser et faire se rencontrer les forces vives de notre établissement dans ce domaine, au-delà de la Faculté des Sciences & Ingénierie, tant dans le domaine de la recherche que dans celui de l'enseignement. Nous espérons ainsi contribuer au développement de collaborations et d'échanges autour des  activités spatiales au sein de Sorbonne Université et envisageons d'ores et déjà des opérations plus ciblés thématiquement.

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 18 juin 2018

Le Soleil serait-il plus gros que prévu…

Le Soleil serait-il plus gros que prévu par les modèles ?

En utilisant les mesures dans le continuum photosphérique de l'instrument SODISM de la mission spatiale PICARD et les mesures au sol de SODISM II, une équipe de chercheurs du LATMOS et de l'OCA montre que les mesures directes les plus précises du rayon solaire photosphérique sont supérieures à celles des prédictions déduites par les modèles.Ce résultat remet en cause la valeur adoptée par l'Union Astronomique Internationale (UAI) en 2015. En savoir plus : http://www.insu.cnrs.fr/node/9341 Figure 1 : Instrument PICARD/SODISM à bord du satellite PICARD. Crédits : CNES.

Actu-LATMOS

Lire la suite...

samedi 16 juin 2018

Explorer des plasmas planétaires à par…

Explorer des plasmas planétaires à partir de votre ordinateur !

Explorer les environnements plasmas planétaires à partir de votre ordinateur portable... Une base de données de résultats de simulations, interopérable avec des outils de visualisation 3D et des jeux de données d'observation, vient compléter les ressources des Observatoires Virtuels et permet aux scientifiques d'étudier le plasma dans le système solaire. Cette base de données propose un catalogue de résultats de simulations du modèle Latmos Hybrid Simulation (LatHyS) qui a été en grande partie développé au laboratoire. Ces outils permettent de caractériser l'environnement plasma dans lequel évoluent les sondes spatiales. Une belle vitrine pour les activités sur les enveloppes ionisées et les efforts de modélisation et simulation numérique menés au laboratoire ! Vous pouvez également consulter les informations disponibles sur le portail ESA Science & technology de Mars Express http://sci.esa.int/solar-system/60416-exploring-planetary-plasma-environments-from-your-laptop/ et sur twitter https://twitter.com/esascience/status/1007298700849438720 Crédits CNES/IRAP/GFI Informatique; LaThyS; 3DView

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 12 juin 2018

Avec INSPIRE le Latmos communique avec l…

Avec INSPIRE le Latmos communique avec les nano-satellites

Un programme international de satellites pour la recherche et l’enseignement qui réunit étudiants, enseignants, universités et agences spatiales dans toutes les spécialités, et à travers le monde, pour former les nouveaux ingénieurs et scientifiques, construire et lancer de nouvelles missions spatiales, piloter les projets scientifiques d’avant-garde.En ce moment... préparation d’un segment sol. Le Latmos s'équipe d'une antenne :

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 12 juin 2018

ExoMars le rover européen se prépare

ExoMars le rover européen se prépare

En ce moment à Toulouse, tests environnementaux du rover européen ExoMars (modèle STM). L'instrument WISDOM, un radar à pénétration de sol conçu pour étudier le sous-sol de la planète Mars, est intégré à l'arrière du rover. Sur la photo, en bas au centre, les deux antennes double polarisation de l'instrument). Vue arrière du rover avec l'instrument WISDOM

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 12 juin 2018

Diminution significative du trou d’ozo…

Diminution significative du trou d’ozone en Antarctique

Une équipe internationale(1) a analysé l'évolution de 1980 à 2017 de la colonne intégrée d’ozone à l'intérieur du vortex antarctique pour le mois de septembre et la période de destruction maximale de l’ozone (15 septembre - 15 octobre). Ils ont ainsi pu confirmer l’augmentation significative du contenu intégré d’ozone pour le mois de septembre et surtout mettre pour la première fois en évidence une augmentation de ce contenu durant la période de destruction maximale. Ils ont également pu confirmer ce rétablissement de l'ozone antarctique à partir d’autres paramètres, dont notamment la diminution de l’occurrence des très faibles valeurs d’ozone. Depuis l’apparition dans les années 1980 du trou d’ozone antarctique au cours du printemps austral, la couche d’ozone stratosphérique fait l’objet d’une surveillance particulière. Les processus dynamiques, photochimiques et microphysiques conduisant à la destruction massive et saisonnière de l'ozone dans les régions polaires sont à l’heure actuelle bien compris. L’enjeu est maintenant de continuer à évaluer chaque année l'amplitude de cette destruction afin de détecter de façon fiable l’impact de la réduction observée de la teneur en composés halogénés destructeurs d’ozone dans la stratosphère polaire, à la suite de l’application du protocole de Montréal signé en 1987.Le dernier rapport d’évaluation de l’état de la couche d’ozone (WMO, 2014) a confirmé la stabilisation de la perte d’ozone en Antarctique depuis 2000, et des études récentes ont montré une augmentation de l’ozone polaire au début de la période de destruction, en septembre. Afin de confirmer de façon robuste la réduction du trou d’ozone antarctique, il est important d’évaluer finement l’évolution interannuelle de l’ozone durant la période de destruction maximale (du 15 septembre au 15 octobre). Des chercheurs du LATMOS, du LMD et du CEILAP-UNIDEF ont analysé l'évolution à long terme de la colonne intégrée d’ozone à l'intérieur du vortex polaire antarctique sur la période 1980-2017...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 12 juin 2018

Le LATMOS impliqué dans deux découvert…

Le LATMOS impliqué dans deux découvertes martiennes majeures

Deux résultats importants viennent d'être publiés conjointement dans la revue scientifique Science ce jeudi 7 juin 2018. Les deux articles correspondants décrivent des résultats obtenus avec l'expérience Sample Analysis at Mars (SAM), à bord du rover martien Curiosity. Le premier article porte sur le cycle saisonnier du méthane moderne dans l'atmosphère. Le second article rapporte la détection de molécules organiques soufrées dans un échantillon martien provenant d'un échantillon solide de roche. Communiqué du CNES également posté sur le site de la Société Française d'exobiologie SFE :https://msl-curiosity.cnes.fr/fr/les-molecules-organiques-sur-mars-piquent-notre-curiosityEthttp://www.exobiologie.fr/index.php/actualites/les-molecules-organiques-sur-mars-piquent-notre-curiosity/ Article parut dans Le Point : http://www.lepoint.fr/astronomie/les-nouvelles-decouvertes-de-curiosity-sur-mars-07-06-2018-2225159_1925.php

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 11 juin 2018

Le logo modernisé

Le logo modernisé

Voici la nouvelle version du logo LATMOS à découvrir prochainement sur tous les documents et réseaux sociaux du laboratoire. En attendant que les diverses mise à jour soient effectives pour dire au revoir à notre ancien logo, il sera utilisé sur tous les nouveaux supports et documents produits.    

Actu-LATMOS

Lire la suite...

dimanche 10 juin 2018

Mars Express a 15 ans !

Mars Express a 15 ans !

Il y a quinze ans, l'Europe, à travers l'Agence Spatiale Européenne (ESA), entrait dans l'exploration spatiale de la planète Mars, avec la mission Mars Express. Lancée de Baïkonour, au Kazakhstan, le 2 juin 2003, pour opérer durant une année martienne (un peu moins de deux années terrestres), Mars Express, conçue comme « petite mission », poursuit toujours ses opérations, avec succès ! Par-delà les prouesses technologiques et programmatiques que cette longévité traduit, Mars Express constitue l'une des missions les plus fécondes et réussies de l'exploration spatiale du Système Solaire, avec plus de 1100 publications, très largement citées (plus de 25000 citations). Pour autant, c'est surtout au niveau de changements majeurs de paradigmes que Mars Express joue un rôle qui se révèle historique, principalement par la qualité des instruments embarqués : ils ont permis, pour la première fois, de caractériser de manière couplée l'ensemble des enveloppes martiennes, depuis la très haute atmosphère, jusqu'à la surface et au sous-sol. Cela a permis une réécriture de l'ensemble de l'histoire de Mars, des échelles de temps géologiques et climatologiques aux variations séculaires, modifiant en profondeur notre compréhension des processus responsables de son évolution. Pour ne prendre qu'un exemple, Mars Express a mis en évidence l'existence d'une ère ancienne, très peu de temps après sa formation, durant laquelle Mars a pu connaitre des conditions favorisant la stabilité d'eau liquide à sa surface, qui aurait pu permettre « l'émergence » de structures vivantes. L'identification et la localisation de sites en préservant, jusqu'à aujourd'hui, les propriétés majeures, guide l'ensemble des missions d'exploration in situ qui ont suivi, et en particulier celles d'intérêt astrobiologique, Mars 2020 (NASA) et ExoMars (ESA). Les laboratoires français, soutenus par le CNES, ont joué un rôle très largement reconnu comme fondamental. Principalement, trois instruments de Mars Express ont été développés sous responsabilité française : 2...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 05 juin 2018

Le spatial en open source !

Le spatial en open source !

Evènement au LATMOS le 12 Juin 2018 à 18h ! Vous serez accueillis à Guyancourt, en partenariat avec SQYLAB, le Fablab de SQY pour une étape du Tour de France de Fédération - Open Space Makers. Les scientifiques, les ingénieurs, les étudiants, les entreprises, les makers, le grand public peuvent innover et collaborer autour de projets "Spatiaux". Venez nombreux et diffusez largement autour de vous !

Actu-LATMOS

Lire la suite...

jeudi 17 mai 2018

Portrait : Thomas Gautier

Portrait : Thomas Gautier

Innover et se ré-inventer en étant exactement là d’où on est parti. « S’il y avait quelque chose que je puisse me dire à moi-même plus jeune ce serait de ne pas se fixer sur un objectif unique, même si je ne suis pas certain que cela changerait quoi que ce soit » L’arrivée de Thomas au Latmos a un parfum d’évidence et dès le début du chemin il est à quatre kilomètres de Guyancourt puisqu’il grandit à Fontenay-le-Fleury. Alors qu’il n’a pas d’affection particulière pour les sciences c’est grâce à sa professeure de physique de seconde qu’il décide qu’il sera chercheur et il s’oriente, déterminé, d’abord vers la cosmologie pour finalement préférer l’astrophysique et la planétologie. « Dès mon premier TD de physique je suis allé voir le prof pour lui dire que je voulais être chercheur et il m’a ri au nez jugeant qu’il était préférable que j’attende quelques semaines voire quelques années avant de pouvoir l’affirmer » Cette certitude était en effet totalement empirique et reposait plus sur une représentation que sur la connaissance ou l’expérience. Pour autant Thomas ne se laisse pas ébranler et suit le chemin tel qu’il le conçoit : « pour moi, chercheur ça voulait dire faire la fac ». Il entreprend donc une Licence de Physique Chimie de l’environnement à l’Université de Versailles Saint-Quentin. Il est passionné par les cours de Philippe Bousquet à qui il demandera plus tard d’être président de son jury de Thèse. C’est à ce moment qu’il commence à ne plus ménager ses forces et passe de l’élève doué mais paresseux qui se contente de la moyenne, à l’implication sérieuse et motivée. Ses enseignants sont Marjolaine Chiriaco, Hélène Brogniez, Nathalie Carrasco, Emmanuel Marcq… : ses collègues d’aujourd’hui. Certains ont même eu transitoirement le titre de Tuteur de stage puisque Thomas a effectué plusieurs passages au Service d’Aéronomie avant de faire...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mercredi 25 avril 2018

Bepi Colombo est en route pour Kourou !

Bepi Colombo est en route pour Kourou !

Cette semaine, les différents modules de la mission Bepi Colombo (MPO, MMO et MTM) sont envoyés du site technique de l'ESA (ESTEC, Noordwijk, NL) vers le Centre Spatial Guyanais à Kourou en vue de la campagne de tir. PHEBUS, le spectromètre UV embarqué sur MPO, a été développé par le LATMOS. Les 3 modules, ainsi que tout le matériel sol qui les accompagne, sont transportés dans 4 Antonov 124 spécialement affrétés. Le lancement est prévu en Octobre 2018.

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 24 avril 2018

Portrait d'une médaillée au Latmos

Portrait d'une médaillée au Latmos

« Mine de rien on trace son chemin » « On demande souvent aux chercheurs d’expliquer à quoi servent leurs recherches, ce qui justifie les crédits qu’on leur octroie. Je suis alors tentée de répondre : à rien, simplement à explorer, à faire avancer la connaissance parce que c’est ce que fait Homo Sapiens et ce n’est déjà pas mal » Alice grandit à Paris et, alors qu’elle est aussi littéraire que scientifique, elle s’oriente vers les sciences « parce que je ne savais pas encore quoi faire de cette vie et que c’était la voie qui me fermait le moins le champ des possibles ».Elle est passionnée d’astronomie, abonnée à Ciel et Espace depuis l’âge de dix ans mais n’envisage à aucun moment cette discipline en termes professionnels.Elle fait une classe préparatoire et intègre l’école d’ingénieur Supélec à Rennes où elle restera 2 ans avant de rejoindre le campus de Gif-sur-Yvette (maintenant au cœur de Paris-Saclay).Lors de son cursus et pour joindre l’utile à l’agréable elle effectue ses stages d’ingénieur au CNES et au LESIA - à l’Observatoire de Meudon - où se trouve également le bâtiment des inscriptions au DEA (ancien Master 2) d’Astronomie et d’Astrophysique d’Ile-de-France. Elle dépose un dossier, passe l’audition, « et finalement pourquoi pas ? ».Elle obtient son diplôme, cherche du travail et est recrutée à France Telecom.Il ne lui faut qu’une journée pour se rendre compte que cela ne lui plaira pas et cette même journée elle apprend avec joie que sa candidature au DEA d’Astronomie et Astrophysique est retenue. Elle s’y engage comme dans une année sabbatique « je me disais que c’était pour ma culture générale, j’avais atteint un palier dans mes connaissances en astronomie et je n’arrivais plus à nourrir seule ma passion. J’admire les autodidactes mais je n’en suis pas une. ».Bien...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

lundi 16 avril 2018

Coup de SOLEIL sur les brumes de TITAN :…

Coup de SOLEIL sur les brumes de TITAN : Résultats publiés dans la revue Nature Astronomy le 09 avril 2018

Les scientifiques ont découvert que les grains de brumes nanométriques se formant dans la haute atmosphère de Titan se transforment chimiquement sous l’effet du rayonnement solaire : ils vieillissent. L’impact de ces transformations sur le climat de Titan est aujourd’hui à considérer. Une collaboration internationale, pilotée par le Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (LATMOS – UVSQ, Sorbonne Université, CNRS) et le synchrotron SOLEIL, prolonge l’héritage et la portée de la mission NASA-ESA Cassini-Huygens au laboratoire. Au coeur de leur travail : la géante Saturne et ses lunes glacées, et en particulier Titan qui possède une atmosphère presque jumelle de celle de la Terre. Abstract Titan, composée en majorité d’azote, est le siège d’une météo agitée : pluies, nuages et brumes photochimiques. Cette fausse jumelle possède aussi des traits bien à elle : une température glaciale de -180°C et l’absence d’oxygène et d’eau liquide. Le méthane, ce petit hydrocarbure (CH4), y est présent partout en abondance et sous ses formes à la fois liquide et gazeuse. Sous l’effet du rayonnement solaire, il réagit chimiquement avec l’azote (N2) pour former de grosses molécules organiques, précurseuses des briques élémentaires du vivant tel que nous le connaissons. À ce titre, Titan est un réacteur à ciel ouvert pour la formation de molécules prébiotiques, dont la genèse et l’évolution constitue un point central de l’astrobiologie, un champ pluri-disciplinaire qui s’intéresse à l’origine de la vie. Des scientifiques du LATMOS (UVSQ, Sorbonne Université, CNRS), rattaché à l'OVSQ et l'IPSL, et du synchrotron SOLEIL simulent expérimentalement l’atmosphère de Titan pour mieux comprendre sa chimie et répondre aux questions soulevées par les observations de la mission. Ainsi, Cassini a révélé que la chimie démarrait étonnamment haut dans l’atmosphère de Titan. Des grains solides de taille nanométrique composés de grosses molécules organiques apparaissent à plus de 1000 km d’altitude. Ces grains, en...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 10 avril 2018

Premières analyses de l'instrument de v…

Premières analyses de l'instrument de vol MOMA de la mission Exomars 2020 !

Le modèle de vol de l'expérience MOMA (mission Exomars 2020) est actuellement assemblé et testé dans une cuve à vide du centre Goddard de la NASA prêt de Washington (USA). Les premiers chromatogrammes ont été obtenus avec le chromatographe développé par le LATMOS et le LISA, couplé au spectromètre de masse développé par le centre NASA/Goddard. Tout fonctionne bien et la figure montre une séparation obtenue lors de l'analyse d'un mélange d'hydrocarbures. Les tests se termineront au courant du mois d'Avril avant livraison de l'instrument au centre TAS/I de Turin cet été pour débuter le long travail d'intégration dans la sonde.

Actu-LATMOS

Lire la suite...

mardi 13 mars 2018

Portrait : Lola Falletti

Portrait : Lola Falletti

L’informatique au service de la science : « Segmenter, pouvoir tester et cibler ce qui ne va pas » « Au collège je réfléchissais à devenir vétérinaire mais les cinq à sept années d’études me semblaient trop longues et difficiles, finalement j’en ai fait huit ! » C’est à Chambéry que le parcours de Lola commence et lorsqu’elle s’oriente dans des études de physique à l’Université de Savoie, c’est la logique de programmation et l’apprentissage de nouveaux langages qui l’attirent le moins. C’est maintenant avec le sourire qu’elle se souvient que l’informatique était sa bête noire. Lors de son Master 2 de Physique Subatomique et Astroparticules à l’Université Joseph Fourier de Grenoble c’est la nécessité de clarifier un code pour le comprendre qui l’amène à se l’approprier, à appréhender la discipline avec un autre regard et découvrir sa compétence.Au cours de sa thèse c’est de coder qui lui apporte le plus de satisfaction, ce qui constitue ses premiers pas vers de nouveaux choix mais pas encore la décision. Le long parcours qui s’annonce pour être chercheur au regard du peu de postes proposés ainsi que besoin de faire une pause lui font mettre entre parenthèse ses préoccupations d’avenir pendant une année.« On nous forme pour être chercheur mais il n’y a pas de postes » Elle est néanmoins consciente d’avoir acquis une façon de raisonner qui peut être valorisée et c’est l’esprit tranquille qu’elle part au Canada avec un Working Holiday Visa.Elle traverse le pays d’est en ouest dans un van en alternant déplacements, travail en volontariat et découverte. Lorsqu’elle rentre en France elle veut éviter de s’installer à Paris ou en région parisienne mais on lui propose un CDD IPSL à l’IDRIS qu’elle privilégie au poste qui lui est offert simultanément comme support aux traders dans une grande banque.Ce choix éthique s’avère stratégique puisque...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

jeudi 01 février 2018

Jean-Loup Bertaux au LERMA

Jean-Loup Bertaux au LERMA

La matière organique des comètes est-elle celle des Diffuse Interstellar Bands ? Vendredi 2 février 2018 à 14H Salle de l'Atelier, Observatoire de Paris Jean-Loup BERTAUX, LATMOS, Université de Versailles Saint-Quentin L'analyse des poussières du noyau de la comète 67/P montre qu'ellessont constituées presque pour moitié de grosses molécules organique(en masse, 45\% organique, 55\% minéral, Bardyn et al. 2017).Nous suggérons que ce sont les mêmes molécules qui produisent,dans le milieu interstellaire (ISM), les absorptions diffusesdans les spectres stellaires (DIBs, Diffuse Interstellar Bands).Ces grosses molécules qui provoquent les DIBs étaient certainementprésentes dans la parcelle d'ISM qui s'est condensée pour formerle proto-systéme solaire. Nous suggérons qu'elles se sontconservées dans le processus de formation du noyau cométaire.Selon le scenario établi par Davidsson et al. (2016) et fondésur de nombreuses preuves recueillies au cours de la missionRosetta il s'agit d'une accrétion hiérarchique douce, partantdes grains interstellaires en plus gros grains, jusqu'à lataille actuelle du noyau. A l'inverse, la grande variété d'unecomète à l'autre du rapport D/H dans la glace d'eau montre quecelle-ci a dû se sublimer au moment de la formation du systèmesolaire, et donc également le manteau glacé des grains. Nous appuyons notre suggestion sur des arguments quantitatifs etqualitatifs. D'une part une estimation du rapport matièreorganique/minéral (dérivé de l'analyse des DIBs) d'au moinsRISM=0.32, à comparer à environ 0.8 pour la comète (hors glace).D'autre part le sondage des nuages interstellaires montre quequand la ligne de visée s'approche du centre, les absorptions parles DIBs plafonnent, alors que le gradient de la loi de rougissementdans l'UV augmente, signe de présence des très petits grains.Les molécules organiques pourraient s'agglomérer pour participerà la formation des grains qui se retrouveront dans le nuageprimordial puis la comète. Cette conclusion implique qu'une missionde retour d'échantillon cométaire aurait de l'intérêt non seulementpour les comètes, mais aussi pour le Milieu Interstellaire. Responsable des séminaires du LERMA : Jean-François Lestrade(01...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

jeudi 25 janvier 2018

Portrait : Caroline Freissinet

Portrait : Caroline Freissinet

De l’apparition de la vie sur terre à la vie extra-terrestre « J’aimerais, grâce à mon parcours de biologiste, amener plus de biologie en astrochimie et conceptualiser plus de projets pour trouver des traces de vie per se, et pas seulement des traces de molécules ou biomarqueurs» C’est peut-être parce qu’elle a une profonde envie de comprendre le vivant et d’en retrouver la trace ailleurs, inspirée par Mulder et Scully qui la faisaient rêver dans la série X-files, que Caroline a commencé son parcours scientifique par un cursus universitaire de biologie et géologie avant d’intègrer sur dossier l’ENS de Lyon. Elle y obtient un Magistère de biochimie et biologie moléculaire.Le thème de l’apparition de la vie sur terre continue à l’attirer et va l’amener jusqu’à l’Université Paris XI à Orsay en Master2 de biologie de l’évolution.C’est en effectuant son stage sur la préservation de l’ADN dans des conditions martiennes qu’elle commence à quitter terre et tisser des liens entre sa formation de biologiste et l’exobiologie.Cette envolée se rompt brièvement dans une parenthèse de 10 mois en Nouvelle-Zélande où elle mène des recherches scientifiques toutes autres sur la microbiologie et les moutons, tout en profitant de paysages extraordinaires.De retour en France elle revient à ses thématiques favorites et prépare une thèse de doctorat à l’Ecole Centrale Paris sur l’élaboration de méthodes chimiques analytiques dans le cadre de la mission ExoMars2020 et plus spécifiquement de l’expérience Mars Organic Molecule Analyser (MOMA).Les premiers jalons du chemin vers le LATMOS sont posés. En continuant avec un postdoctorat de 6 années au centre NASA Goddard Space Flight Center (GSFC) de Washington elle intègre l’équipe de Paul Mahaffy qui travaille en collaboration étroite avec le LATMOS, tout est en place. « L’astrochimie est à la croisée de nombreuses disciplines, le même sujet est traité à partir d’horizons différents allant...

Actu-LATMOS

Lire la suite...

vendredi 10 novembre 2017

SOLAR-ISS, a new solar reference spectru…

SOLAR-ISS, a new solar reference spectrum

La mesure précise du spectre solaire hors atmosphère et de sa variabilité constituent une entrée fondamentale pour la physique solaire (modélisation du Soleil), la photochimie atmosphérique terrestre et le climat de la Terre (modélisation du climat terrestre). Le rôle de la variabilité solaire sur le changement climatique reste un sujet d’intérêt scientifique et sociétal fort. Une équipe scientifique internationale a déterminé avec précision un nouveau spectre solaire de référence à partir des mesures réalisées par l’instrument SOLAR/SOLSPEC à bord de la station spatiale internationale. Cette étude a été publiée dans le journal Astronomy and Astrophysics en novembre 2017. Le Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS, ex. Service d’Aéronomie du CNRS) travaille sur l’éclairement solaire spectral et sa variabilité depuis les années 1970. Le LATMOS a acquis une notoriété internationale indéniable, notamment avec le spectre solaire de référence ATLAS-3. L’étude publiée récemment (M. Meftah, L. Damé, D. Bolsée et al., 2017) a permis d’aller plus loin et d’élaborer un nouveau spectre solaire de référence couvrant les domaines de longueurs d’onde allant de l’ultraviolet lointain (165 nm) à l’infrarouge (3000 nm). Le nouveau spectre solaire de référence (SOLAR-ISS) a été obtenu à partir des mesures réalisées par l’instrument « SOLar SPECtrometer » (SOLSPEC) de la charge utile SOLAR à bord de la station spatiale internationale (Figure 1). SOLAR/SOLSPEC est le fruit d’une longue collaboration entre le LATMOS et l’Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB). Ce type d’instrument avait déjà permis la mesure du spectre solaire lors de plusieurs missions spatiales (ESA et NASA).   SOLAR-ISS, un nouveau spectre solaire de référence avec des incertitudes faibles et connues sur toute une gamme de longueur d’ondes. SOLAR-ISS est caractéristique d’un minimum d’activité solaire (avril 2008). Crédits : CNRS. Sources : SOLAR-ISS: A new reference spectrum based on SOLAR/SOLSPEC observations, M. Meftah, L. Damé, D. Bolsée, A. Hauchecorne, N. Pereira, D...

Actu-LATMOS

Lire la suite...