frendeitrues

Titan, plus gros satellite de Saturne et second plus gros satellite du Système Solaire, est aussi le seul satellite à posséder une atmosphère digne de ce non et à présenter à sa surface des étendues liquides sous forme de lacs d’hydrocarbure.


Depuis 2004, la sonde NASA Cassini l’ausculte afin de percer ses mystères et notamment celui de la composition de ses lacs. Les données acquises par le Radar à son bord lors du récent survol d’un des plus grands lacs de Titan, Ligeia Mare, ont fait l’objet d’un article dans Geophysical Research Letters, article aujourd’hui mis en lumière par les « AGU Research Spotlight ».
Zebker et al., ont montré que la surface de Ligeia Mare était particulièrement lisse, excluant la présence de vagues et donc de vent significatif dans cette région au moment de l’observation. Les données passives (ou radiométriques) de l’instrument ont, de plus, révélé que le lac était très probablement principalement composé d’éthane liquide (et non de méthane) et que ses rivages étaient constitués de matière organique solide (et non de glace d’eau). Ces découvertes apportent de nouvelles clefs dans la compréhension des processus qui ont façonné et continue de façonner la surface de Titan.

Alice Le Gall, chercheuse au LATMOS et maître de conférences UVSQ/CNES, co-auteure de cet article a étalonné et analysé les données radiométriques du Radar de Cassini.

ligeia

Vue du lac Ligeia Mare obtenue à partir des données de la NASA/ESA/ASI (Mission Cassini-Huygens)

Cette image a été colorée afin de mieux distinguer les surfaces liquides des surfaces solides

© Doug Ellison & Randy Kirk, USGS Flagstaff.