frendeitrues

Lancement du satellite Metop-C, avec le sondeur atmosphérique IASI à son bord

La mission IASI, qui devrait être lancée à bord du satellite Metop-C dans la nuit du 6 au 7 novembre, va permettre aux scientifiques de mieux comprendre comment les activités humaines affectent la qualité de l’air et le climat. Cet instrument, construit par le Centre national d’études spatiales (CNES) et piloté par l’agence européenne EUMETSAT en collaboration avec l’ESA, est un condensé de technologie qui permet à la fois d’améliorer les prévisions météorologiques, de mesurer les concentrations des gaz polluants, et de surveiller une série de paramètres clefs pour l’étude du climat.

IASI, à bord de Metop-C, sera le troisième et dernier instrument de la série et volera en tandem avec les 2 premiers (lancés en 2006 et 2012). Cette combinaison permettra une couverture géographique exceptionnelle et inédite : tous les points du globe seront surveillés 6 fois par jour, et les données seront disponibles moins de 2 heures après le passage du satellite. En utilisant des techniques d’analyse « big data » les plus de 3 millions d’observations disponibles chaque jour seront analysées. Ces observations permettront de donner des alertes pour le suivi des épisodes de pollution, des grands feux, des éruptions volcaniques, et des catastrophes industrielles. Sur le long terme, la mission permettra de mesurer, sur une période d’une vingtaine d’années, les paramètres essentiels à la surveillance de l’évolution du climat (surface, nuages, poussières désertiques, gaz à effet de serre) et de l’évolution de la couche d’ozone en Antarctique.

La technique de mesure, qui repose sur la télédétection infrarouge passive, utilise un spectromètre à transformée de Fourier travaillant dans la gamme spectrale de l’infrarouge thermique. Le sondeur IASI combine une résolution spectrale (8461 canaux de mesure), avec une bonne performance radiométrique (rapport signal/bruit) et une excellente couverture géographique combinée avec une empreinte au sol relativement petite (12 km). C’est un élément clef de la charge utile de la série de satellites météorologiques européens Metop, qui vole en orbite quasi-polaire.

En France une quarantaine de chercheurs et ingénieurs du CNRS travaillent quotidiennement sur cette mission. L’IPSL joue un rôle de premier plan avec 4 laboratoires impliqués dans l’exploitation de la mission [LATMOS (1) , LMD (2) , LISA (3) , LSCE (4) ] ainsi que dans la représentation et la coordination internationale de la mission.

2018 11 IASI en chiffres reference

IASI en chiffres : 3 IASI voleront de concert sur les satellites Metop-A, Metop-B et Metop-C
© G. Katchourine – C. Clerbaux / LATMOS

Notes

Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (LATMOS-IPSL, CNRS / Université Versailles-Saint Quentin / Sorbonne Université)
Laboratoire de météorologie dynamique (LMD-IPSL, CNRS / Sorbonne Université / Ecole Polytechnique / Ecole Normale Supérieure)
Laboratoire inter-universitaire des systèmes atmosphériques (LISA-IPSL, CNRS / Université Paris-Est Créteil / Université Paris Diderot)
Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE-IPSL, CNRS / CEA / Université Versailles-Saint Quentin)

Contacts chercheurs

Cathy Clerbaux , chercheuse CNRS au LATMOS, Tél. : +32 497 48 00 49, pour plus d’information concernant la composition atmosphérique et les alertes feux et volcans

Cyril Crevoisier , chercheur CNRS au LMD, Tél. : 06 69 18 54 49, pour plus d’information concernant le suivi des variables climatiques