Traduction auto.

frendeitrues

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Mercredi 29 mai 2013, 11H

Orateur: Alessandro Battaglia (Earth Observation Sciences, Department of Physics and Astronomy, University of Leicester, Leicester, UK)

Titre: Potential of a conically scanning Doppler polarimetric 94 GHz radar for observing winds in extreme weather event cloud systems

Résumé: The capability of microwaves to penetrate cloud and rain has placed radar in an unchallenged position for remotely surveying the atmosphere and quantifying the associated parameters. Although visible and infrared instruments on satellites can detect and track storms, only microwave observations can reveal the internal structure of a storm. In particular, radars with Doppler capability can provide quantitative information on highly dynamic atmospheric processes. With the advancements in space-borne atmospheric radar, initiated with TRMM, CloudSat, and the follow-on missions such as GPM and EarthCARE CPR now in advanced state, the atmospheric science community is again challenged to explore new observation capabilities.
This study focuses on assessing the potential of off-nadir scanning Doppler 35/94 GHz radar to measure the along line-of sight winds. Because of the potentially high winds involved in extreme weather phenomena and of the large Doppler fading introduced by the platform movement, polarization diversity capabilities are used to eliminate aliasing and drastically reduce noise errors. An end-to-end radar simulator suited for polarimetric Doppler space-borne radars has been exploited to simulate the performances of such a system when overpassing a hurricane, simulated with a cloud resolving 3D model. The simulation framework allows an overall assessment of the error budget for Doppler velocity measurements. Results show that: 1) multiple scattering related errors are confined to strong convective cores; 2) noise errors can be typically reduced down to the ~1m/s magnitude for integration lengths of the order of 10 km when SNR-thresholds and V-H pulse pair distances are properly selected; 3) non uniform beam filling errors do represent the major contributor to the overall error budget especially in the forward/backward sector of the scan.    
The performances of the radar will be discussed in relation to typical science requirements and recommendations for future directions in scanning Ka/W-band space-borne Doppler radar research will be given. 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
Prev Next

Wednesday 22 November 2017

Séminaire : Evidence for continued ozone…

Mardi 28 novembre 2017 à 11h LATMOS site UPMCSalle de réunion 411, tour 45-46, 4ème étage Evidence for continued ozone layer reduction William Ball ETH Zürich and PMOD, Davos Stratospheric ozone protects life from harmful ultraviolet radiation. The Montreal Protocol, enacted to prevent ozone depletion from human activity, halted declines in column-integrated ozone in the 1990s; the upper stratosphere is recovering, but lower stratospheric trends are unknown. I will present clear evidence that lower stratospheric ozone continues to decline, preventing total ozone recovery. This result contradicts expectations and, with no clear understanding of why this trend has emerged, implies that the problem of ozone depletion is not yet fully solved. The decline may impact future estimates of ozone layer recovery, the stratospheric response to climate change, radiative climate forcing, ozone exchange between the stratosphere and troposphere, and surface levels of ultraviolet radiation.

>> En Savoir Plus

Tuesday 21 November 2017

Séminaire : On the Nexus between Carbon …

Lundi 20 novembre 2017 à 11h LATMOS site UPMCSalle de réunion 411, tour 45-46, 4ème étage On the Nexus between Carbon Cycle and Air Quality: Exploring Multiple Constraints on Anthropogenic Combustion and Fires Ave Arellano University of Arizona It is imperative that we provide more accurate and consistent analysis of anthropogenic pollution emissions at scales that is relevant to air quality, energy, and environmental policy. Here, we present several proof-of-concept studies that explore observational constraints from ground, aircraft, and satellite-derived measurements of atmospheric composition on bulk characteristics of anthropogenic combustion in megacities and fire regions. We focus on jointly analyzing co-emitted combustion products such as CO2, NO2, CO, SO2, and aerosols from GOSAT, OCO-2, OMI, MOPITT, IASI, GOME, and MODIS retrievals, in conjunction with USEPA AQS and NASA field campaigns. Each of these constituents exhibit distinct atmospheric signatures that depend on fuel type, combustion technology, process, practices and regulatory policies. Our results show that distinguishable patterns and relationships between the increases in concentrations across the megacity or large fire events due to emissions of these constituents enable us to: a) identify trends in combustion activity and efficiency, and b) reconcile discrepancies between state- to country-based emission inventories and modeled concentrations of these constituents. For example, the trends in enhancement ratios of these species reveal combustion emission pathways for China and United States that are not captured by current emission inventories and chemical reanalysis. Analysis of their joint distributions has considerable potential utility in current and future integrated constituent data assimilation and inverse modeling activities like in CAMS for monitoring, verifying, and reporting emissions, particularly for regions with few observations and limited information on local combustion processes. Our targeted evaluation of the global forecast and analysis of CAMS CO and CO2 during KORUS-AQ field campaign in May 2016 suggests that CAMS is able to capture the...

>> En Savoir Plus

Wednesday 01 November 2017

Séminaire : On the role of stratospheric…

Vendredi 10 novembre 2017 à 11h LATMOS site UPMCSalle de réunion 411, tour 45-46, 4ème étage On the role of stratospheric ozone feedbacks in the climate system Gabriel Chiodo Dep. of Applied Physics and Applied MathematicsColumbia University, New York Ozone chemistry and its feedbacks in the climate system are commonly neglected in state-of-the-art climate models involved in future climate projections; the impact of this simplification is still unclear. By carrying out model simulations from the Community Earth System Model (CESM), I quantify the effect of coupling the stratospheric ozone chemistry onto the model's sensitivity to solar and anthropogenic greenhouse gases (GHG). I will show that interactive stratospheric ozone reduces the model response to GHG and solar forcing, albeit through two different mechanisms. Accordingly, stratospheric ozone responses yield an important and yet undocumented negative feedback in the climate system.

>> En Savoir Plus

Wednesday 01 November 2017

Séminaire : LHASTEC

Séminaire : LHASTEC

Mardi 7 novembre 11h LATMOS site GuyancourtSalle de réunion 2202 Le projet LHASTEC : LATMOS, Histoire et Archive Scientifique et Technique Cécile TakacsLATMOS Le LATMOS est riche d'un patrimoine auquel nous ne prêtons pas attention dans notre quotidien. Les objets ne nous étonnent plus et les documents nous envahissent. Le projet LHASTEC (Latmos, histoire et archive scientifique et technique) a pour objectif d'identifier, de collecter et de référencer tout ce qui peut reconstruire l'histoire du laboratoire et permettra de le mettre en valeur.

>> En Savoir Plus

Monday 16 October 2017

Séminaire : Global Budget of Reactive an…

Lundi 16 octobre à 11h LATMOS site UPMCSalle de réunion 411, tour 45-46, 4ème étage Global Budget of Reactive and Dissolved Organic Carbon Par Sarah Safieddine ; Massachusetts Institute of Technologynow at LATMOS The cycling of reactive organic carbon (ROC) is central to tropospheric chemistry, driving the oxidative chemistry of the atmosphere, affecting the hydroxyl radical concentrations, and methane lifetime. In this presentation, the global tropospheric ROC budget as simulated with the GEOS-Chem model is presented. This budget is an expansion of the standard simulation, that includes new emissions and gas-phase chemistry, an extension of dry and wet removal mechanism, and a mass tracking of all ROC species to achieve carbon closure. The presentation will then focus on the wet deposition of dissolved organic carbon (DOC), the largest physical removal pathway of ROC. No previous global assessment of the composition and global distribution of DOC has been presented to date. Here, we investigate the simulated DOC composition, spatial distribution, and evolution in the global atmosphere, and compare these with historical DOC measurements.

>> En Savoir Plus

Friday 13 October 2017

Séminaire : les logiciels de modélisatio…

Mardi 24 octobre à 10h LATMOS site GuyancourtSalle de réunion 2202 Vous êtes cordialement invités à deux séminaires de nos collègues Tunisiens du Laboratoire de Modélisation en Hydraulique et Environnement (LMHE) de l'ENIT qui seront de passage au LATMOS dans le cadre d'un projet interuniversitaire (contact: Cécile Mallet). Les logiciels de modélisation des crues : de SWMM à HEC-RAS Khalifa Maalel Standardized Precipitation Index using the leaks distribution. Application to northern Tunisia and relationships with ENSO and PDO Zoubeida Bargaoui

>> En Savoir Plus

Thursday 21 September 2017

Séminaire : Pluto's atmosphere: our view…

Mardi 26 septembre 2017 à 11h LATMOS site Guyancourt Salle de réunion 2202 Pluto's atmosphere: our view after New Horizons par Leslie Young Southwest Research Institute, Boulder, USA Pluto's atmosphere is mainly N2 with minor amounts of CH4 and CO, sourced from their surface ices. Photochemistry leads to nitriles (e.g., HCN) and small hydrocarbons (C2H2, C2H4, C2H6), which lead to hazes measured below 200 km. It is expected that KBO dust introduces H2O into the atmosphere. CH4 and N2 escape via enhanced Jean's escape - not by the expected hydrodynamic escape because the low temperatures seen in Pluto's upper atmosphere. HCN, H2O, and C2H6 have all been implicated in the low temperatures seen in Pluto's upper atmosphere. Temperatures in the middle atmosphere are controlled by radiative balance between CH4, CO, and possibly hydrocarbons and H2O. In the lower atmosphere, thermal conduction carries energy down through a very steep thermal gradient from the ~105 K atmosphere to a small boundary layer near 38 K over N2 ice, and somewhat warmer surface over bare areas. Observed clues to atmospheric dynamics on Pluto include the boundary layer, a small eddy diffusion coefficient, homogeneity of composition at the two locations probed by the the New Horizons solar occultation, and the observed latitudinal variation of the haze brightnesss. Global circulation models are used to predict winds. Puzzles remain, some of which can be addressed with ground-based observations.

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de Constantino Listowski

Mardi 28 juin 2016 à 14h LATMOS site GuyancourtSalle 2202=============================================================== Lâ€' antarctique et ses nuages : les mystères d'€™une microphysique mal contrainte Constantino ListowskiBritish Antarctic Survey, Cambridge, UK Les nuages troposphériques antarctiques sont les moins bien connus de la planète. L’isolement et l'€™hostilité du continent font que les mesures in-situ demeurent rares, et donc précieuses pour ce continent une fois et demi plus grand que l’Europe. Mieux contraindre les propriétés microphysiques de ces nuages est primordial pour améliorer leur représentation dans les modèles atmosphériques. Les nuages déterminent les précipitations qui affectent le bilan de masse de glace du continent, ils modifient le bilan radiatif dont la bonne connaissance est requise pour contraindre les températures de surface, notamment des barrières de glace et des glaciers. Impactant les températures, les nuages affectent également les gradients méridionaux de températures et donc les circulations aux plus basses latitudes.Des campagnes de mesures in-situ ont été réalisées par le British Antarctic Survey (BAS) sur la Péninsule Antarctique durant les étés 2010 et 2011, et plus récemment dans la région de Halley VI, à l’Est de la mer de Weddell, en Novembre-Décembre 2015.Apres avoir introduit les connaissances et problématiques liées aux nuages troposphériques en Antarctique, je présenterai les observations et les résultats obtenus jusqu'à présent grâce aux campagnes de mesures in-situ du BAS, et détaillerai davantage la dernière campagne de mesures effectuée en 2015 à Halley. Je présenterai également les travaux de simulations méso-échelle entrepris avec Polar WRF dans le cadre de ces campagnes afin d’offrir de nouvelles pistes pour améliorer la modélisation microphysique de ces nuages. (Les transparents seront en anglais et la présentation orale en français) --------------- Antarctica and its clouds: a mysterious and poorly constrained microphysics Constantino Listowski British Antarctic Survey, Cambridge, UK Little is known about tropospheric Antarctic clouds because of the remoteness and harshness of a continent one and a half as...

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de François Costard

Séminaire de François Costard

Mars : des écoulements souterrains récemment actifs Le 26 janvier 2017 à 11h à Guyancourt, amphi G. Mégie Par François Costard, Directeur de Recherche au GEOPS (Orsay, 91) Résumé : La présence de ravins alignés et sinueux, formés dans le sol gelé de la planète rouge dans la région d'Utopia Planitia, serait le témoin de probables écoulements situés à 150 mètres sous la surface. L’observation de reliefs similaires sur Terre dans l’arctique canadien, ainsi qu'une modélisation numérique viennent étayer cette hypothèse. Un ancien dépôt de poussière aurait fait office de couche isolante et favorisé ainsi la fonte du sol gelé sous-jacent. L’eau liquide ainsi créée aurait engendré un vaste réseau de rivières souterraines qui se serait maintenu même si les conditions thermodynamiques de pression et de température n’étaient pas forcément favorables en surface. Ces écoulements souterrains seraient apparues il y a quelques millions d’années. à gauche : Ile de Bylot dans l’antarctique canadien. Ecoulement le long de structures polygonales. Crédit Photo : E.Godin. à droite :Structures sinueuses le long de formations polygonales sur Mars. Plaine d’Utopia Planitia par 45°N, (Image HiRISE, NASA/JPL/Univ. of Arizona). Les deux images sont à la même échelle.

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de Gabriele Messori

Vendredi 8 avril 2016 à 11h00Université Pierre et Marie CurieSalle de réunion 411 du LATMOS, tour 45-46, 4ème ètage=============================================================== The Mid-Holocene West African Monsoon Modulated by Land Surface Cover and Saharan Dust Gabriele Messori, UK Met Office The West African Monsoon plays a fundamental role in the socio-economic stability of a large part of Africa, and changes in the monsoon’s location and intensity can have a severe impact on the local populations. Climate models struggle to successfully simulate both the present-day and historical monsoon variability, such as the monsoon’s intensification and northward extension during the mid-Holocene (6000 yrs BP). Understanding the reasons behind this shortcoming is an essential step to improve projections of the future monsoons.This presentation discusses whether the discrepancies between model simulations and paleo-data for the mid-Holocene can be attributed to prescribed initial conditions, with a focus on the role of land cover and dust loading in the atmosphere. It is found that land cover has a profound impact on the hydrological cycle of North Africa, with dust emission triggering complex feedback loops. The monsoon’s duration, intensity and geographical extent are all sensitive to the combined action of land cover and dust loading changes over the Sahel and Sahara. Since both dust loadings and land cover are expected to change in the future, an assessment of their impacts on precipitation is extremely valuable for our understanding of both the past and future climate of North Africa.

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de William Simpson

Mardi 17 janvier à 14h LATMOS site UPMCSalle de réunion 411, tour 45-46, 4ème étage=============================================================== Autonomous observations of gases, particles, and clouds from the Arctic sea ice William Simpson University of Alaska Fairbanks We deployed fifteen autonomous Multiple-Axis Differential Optical Absorption Spectroscopy (MAX-DOAS) sensorson the Arctic sea ice, each of which drifted roughly a year reporting observations, often at multiple locations, overthe past five years. After a brief introduction to the method and its strengths and limitations, I will share scientificfindings on the role of heterogeneous chemistry and vertical mixing on bromine monoxide (BrO) events in the Arctic.We have recently begun deriving cloud and aerosol vertical profiles from these observations and will highlight collaborativeopportunities for research between these ground-based observations, modeling, and satellite-based observations.

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de Viktoria Sofieva

Mercredi 21 septembre 2016 Ã 11h LATMOS site Guyancourt Salle de réunion 2202=============================================================== Studying gravity waves and turbulence in the stratosphere using satellite observations of stellar scintillation Viktoria Sofieva Finnish Meteorological Institute, Helsinki Stellar scintillations observed through the Earth atmosphere are caused by air density irregularities generated mainly by internal gravity waves (GW) and turbulence. The strength of scintillation measurements is that they cover the transition between the saturated part of the gravity wave spectrum and isotropic turbulence. This allows visualization of gravity wave breaking and of resulting turbulence. We analyzed the scintillation measurements by GOMOS fast photometers on board the Envisat satellite in order to quantify GW and turbulence activity in the stratosphere. The analysis is based on reconstruction of GW and turbulence spectra parameters by fitting the modeled scintillation spectra to the measured ones. For data interpretation, we use a two-component spectral model of air density irregularities: the first component corresponds to the gravity wave spectrum, while the second one describes locally isotropic turbulence resulting from GW breaking and other instabilities. In this presentation, we show global distributions, seasonal and interannual variations of the GW and turbulence spectra parameters retrieved from GOMOS data. Since other measurements at such small scales are very scarce in this altitude range, the obtained global distributions provide unique and complementary information about small-scale air density irregularities in the stratosphere.

>> En Savoir Plus

Wednesday 05 July 2017

Séminaire de Jérôme Barré

================================================Séminaire LATMOS jeudi 10 septembre 11HLATMOS, site UPMCtour 45 ou 46, 4ème étage, salle 411================================================ Carbon Monoxide Data Assimilation for Atmospheric Composition and ClimateScience: Evaluating Performance with Current and Future Observations Jérôme Barré1, David Edwards1, Helen Worden1, Avelino Arellano2, BenjaminGaubert1, Arlindo Da Silva3, Jeffrey Anderson4 1 NCAR, Atmospheric Chemistry Observation and Modeling Laboratory,Boulder, CO, USA2 University of Arizona, Tucson, AZ, USA3 NASA Goddard Space Flight Center, Greenbelt, MD, USA4 NCAR, Institute for Mathematics Applied to Geo-sciences, Boulder, CO, USA Current satellite observations of tropospheric composition made from lowEarth orbit provide at best one or two measurements each day at any givenlocation. Comparisons of Terra/MOPITT carbon monoxide (CO) and IASI/MetopCO observation assimilations will be presented. We use the DART EnsembleAdjustment Kalman Filter to assimilate observations in the CAM-Chem globalchemistry-climate model. Data assimilation impacts due to both differentinstrument capabilities (i.e. vertical sensitivity and global coverage)will be discussed. Coverage is global but sparse, often with largeuncertainties in individual measurements that limit examination of localand regional atmospheric composition over short time periods. This hashindered the operational uptake of these data for monitoring air qualityand population exposure, and for initializing and evaluating chemicalweather forecasts. By the end of the current decade there are plannedgeostationary Earth orbit (GEO) satellite missions for atmosphericcomposition over North America, East Asia and Europe with additionalmissions proposed. Together, these present the possibility of aconstellation of geostationary platforms to achieve continuoustime-resolved high-density observations of continental domains for mappingpollutant sources and variability on diurnal and local scales. We describeObserving System Simulation Experiments (OSSEs) to evaluate thecontributions of these GEO missions to improve knowledge of near-surfaceair pollution due to intercontinental long-range transport and quantifychemical precursor emissions. Our approach uses an efficient computationalmethod to sample a high-resolution global GEOS-5 chemistry Nature Run overeach geographical region of the GEO constellation. The demonstrationcarbon monoxide (CO) observation simulator, which will be expanded toother...

>> En Savoir Plus

Thursday 22 June 2017

Séminaire de Giovanni A. Dalu

Jeudi 29 juin à 14h sur le site de l'UPMC. Salle de réunion 411, tour 45-46, 4e étage. Giovanni A. Dalu de IBIMET CNR, Rome, Italie Theory for the dynamics of a Saharan dust cloud Sudden Saharan desert dust storms generate dust clouds over North Africa. In this region of prevailing easterly winds, these clouds migrate westwards floating in the lower half of the troposphere. The diabatic dust warming (DDW), due to the solar radiation absorption, drives an upper anticyclone and a lower anticyclone.The dust cloud dynamics are analyzed in terms of the solution to a two-layer Gill model, and the cloud latitudinal migration is analyzed in terms of potential vorticity balance. Results show that the latitudinal narrow and longitudinal long dust clouds migrate further northwards than lat-lon wide-short clouds. This northwards migration is larger for clouds originated in a more northern position. An ambient easterly winds can displace the dust cloud over the Atlantic in ten days, reducing its northwards displacement.The impact on the dust cloud trajectory due to the presence of a lower frictional Ekman layer and of the Saharan heat low (SHL) are also analyzed. Results show that the latitudinal displacement increases in the presence of the Ekman pumping and that dust clouds originated to the south (north) of the SHL have a smaller (larger) northwards displacement.

>> En Savoir Plus

Thursday 24 March 2016

Séminaire d'Achot CHILINGARIAN, le mardi…

SEMINAIRE LATMOS Mardi 5 avril 2016 Amphithéâtre Gérard Mégie 11 boulevard d'Alembert - OVSQ - Guyancourt   Lightnings and Particle fluxes from Thundercloud Achot  CHILINGARIAN Yerevan Physics Institute,
Yerevan, Armenia     Acceleration and multiplication of the ambient electrons of cosmic rays by strong electric field in the thunderclouds is well-established phenomena comprising the core of the atmospheric high-energy physics. Particle fluxes, cloud electrification and lightnings are usually correlated: lightning can abruptly terminate particle flux from a thunderclouds; huge particle showers initiated by high-energy proton or fully stripped nuclei accelerated in Galaxy possibly make enough ionization to help lightning leader to reach the ground. We add to lightning research new key evidence - Thunderstorm ground Enhancements (TGEs), i.e. enhanced fluxes of electrons, gamma rays and neutrons detected by particle detectors located on Earth’s surface. Synchronized observation of TGEs and atmospheric discharges facilitates investigations of the long- standing lightning initiation problem. Results of recent observations on Mt.Aragats will be presented and discussed.

>> En Savoir Plus

Tuesday 15 March 2016

Séminaire de Benjamin Charnay (Universit…

Séminaire LATMOS Mercredi 16 mars 2016 à 11h, au LATMOS-Guyancourt, salle 2202 Modélisation 3D des nuages et des brumes sur la Terre primitive et les exoplanètes par Benjamin Charnay (University of Washington, Seattle, Etats-Unis) Durant l’Archéen, il y 3.8 à 2.5 milliards d’années sur Terre, l’insolation solaire était 20-25% plus faible qu’aujourd’hui. Avec l’atmosphère actuelle, la Terre aurait dû tomber dans une glaciation globale. Cependant la présence de minéraux hydratés et de roches sédimentaires révèle que l’eau liquide s’écoulait à la surface de la Terre durant presque toute son histoire. Ceci constitue le paradoxe du Soleil faible. Il a été proposé que des rétroactions nuageuses ou des différences sur la taille des gouttelettes nuageuses ont aidé à maintenir un climat tempéré en complément d'une plus forte concentration en CO2. Il a également été proposé que l’atmosphère archéenne était très riche en méthane produisant un fort effet de serre. Cependant, pour des concentration trop élevée en méthane, des brumes organiques se forment et peuvent entrainer une refroidissement planétaire. Les nuages et les brumes ont donc pu jouer un rôle majeur sur le climat de la Terre primitive. Il semblerait également que la plupart des exoplanètes, comme par exemple la mini-Neptune GJ1214b, sont couvertes de nuages affectant notre capacité à caractériser leurs atmosphères. Nous avons développé au LMD un modèle de climat (GCM) générique destiné à simuler les atmosphères primitives et les exoplanètes. Durant ce séminaire, je présenterai mes travaux avec ce modèle 3D sur la résolution du paradoxe du Soleil faible sur Terre, ainsi que sur la formation de nuages/brumes sur les exoplanètes et la caractérisation de leur atmosphère.

>> En Savoir Plus

Friday 26 February 2016

Séminaire de Alma Hodzic Roux (NCAR Bou…

Physico-chimie de la formation et de la déposition des aérosols organiques  dans les modèles de chimie-climat Mardi 8 mars 2016 à 10h Université Pierre et Marie CurieSalle de réunion 411 du LATMOS, tour 45-46, 4ème étage     Alma Hodzic Roux   (National Center for Atmospheric Research - Boulder, USA)   Les observations indiquent que les composés organiques constituent la majeure partie des aérosols submicroniques à l'échelle globale. Cependant, notre compréhension de leur cycle de vie dans l'atmosphère est encore incomplète et les modèles actuels ne parviennent pas à décrire leurs propriétés, en particulier pour les aérosols organiques secondaires (SOA) formés chimiquement. Cela entraîne de larges incertitudes sur l'effet des aérosols sur le climat et sur la santé humaine. J'explore ici la possibilité d'utiliser de nouvelles contraintes, provenant d'une chimie explicite et d'observations détaillées, pour réduire les incertitudes sur la modélisation du cycle de vie des SOA. Je me base pour cela sur le modèle de chimie explicite GECKO-A (Generator of Explicit Chemistry and Kinetics of Organics in the Atmosphere) qui permet d'étudier la chimie multi-générationnelle des composés organiques en phase gazeuse et leur contribution à la formation des SOA dans des environnements variés (par exemple en milieu urbain ou forestier, ou pour des cas idéalisés). Ce modèle me permet d'améliorer la représentation des processus de formation, de croissance et de dépôt dans les modèles de chimie-climat. Les résultats montrent que GECKO-A prévoit une croissance significative de la masse de SOA dans les panaches urbains et forestiers en comparaison des paramétrisations actuellement utilisées dans les modèles 3D. Ceci est lié à la formation de composés organiques moins volatils. Les résultats montrent également que les composés intermédiaires d'oxydation en phase gazeuse, qui sont mal représentés dans les modèles 3D, contrôlent la formation et le cycle de vie des SOA. Ces composés deviennent progressivement de plus en plus fonctionnalisés et solubles, ce qui...

>> En Savoir Plus

Thursday 03 December 2015

Séminaire de Benjamin BULTEL, le vendred…

SEMINAIRE LATMOS Vendredi 11 décembre 2015, à 11h au LATMOS (Guyancourt) salle 2202   Serpentinisation et carbonatation de la croûte Martienne  par Benjamin BULTEL (Laboratoire de Géologie - Lyon) Depuis ces 3 derniers milliards d’années l’eau liquide est extrêmement peu présente sur Mars. Cependant les multiples données disponibles sur la planète montrent des preuves d’une présence importante d’eau liquide depuis l’accrétion de la planète jusqu’à environ 3,7 milliards d’années. L’hypothèse dominante aujourd’hui est que Mars possédait une atmosphère plus dense (possiblement riche en CO2) au début de son histoire. Une grande partie de cette atmosphère et de  l’eau auraient été perdu dans l’espace. Une autre hypothèse pour la diminution de la quantité d’eau liquide disponible et pour la diminution de l’atmosphère est le stockage d’eau et de CO2 dans la croûte. La croûte martienne est étudiée via les données de spectro-imagerie CRISM pour caractériser l’altération hydrothermale primitive de la planète. Des détections de serpentine et de carbonates confirment que le stockage d’une partie de l’eau et de l’atmosphère martienne a eu lieu. Des contraintes supplémentaires sont apporté par de la modélisation géochimique de la serpentinisation et de la carbonatation de la croûte martienne via les programmes EQ3/6. L’importance de la serpentinisation et de la carbonatation de la croûte martienne est ainsi réévaluée. Les résultats permettent d’ouvrir la réflexion sur le rôle de la serpentinisation et de la carbonatation sur l’évolution de la quantité d’eau liquide disponible et sur l’évolution de l’atmosphère. En outre, les conditions thermodynamiques permettent d’apporter des contraintes sur le potentiel exobiologique de la croûte martienne.   Serpentinization and carbonation of the Martian crust by B. BULTEL   Over the last 3 billion years liquid water has an extremely limited presence on Mars. However, the multiple data available on the planet show evidences of a significant presence of liquid water from the accretion of the planet until about 3.7 billion years. The...

>> En Savoir Plus

Monday 02 November 2015

Le point sur la mission spatiale Rosetta…

Le point sur la mission spatiale Rosetta et Philae: Mercredi 4 novembre 2015, 14h-16h30, Amphithéâtre Astier, Bâtiment Esclangon, Campus de Jussieu, Paris.

"Le point sur la mission spatiale Rosetta et Philae" Mercredi 4 novembre 2015, 14h-16h30, Amphithéâtre Astier, Bâtiment Esclangon, Campus de Jussieu, Paris. En novembre 2015 nous fêtons l'anniversaire de l'atterrissage du robot Philae de la mission spatiale Rosetta sur la comète 67P/Churyumov Guerasimenko. A cette occasion, les chercheurs de l'IPSL impliqués dans la mission raconteront cette aventure et feront le point sur les découvertes scientifiques de la mission lors d'une après-midi ouverte à tout les personnels de l'IPSL. Pendant environ 2h30 se succéderont des conférences et des projections destinées à un large public scientifique. Programme :  « Rosetta : objectif comète », H. Cottin, LISA  « Les aventures de Philae », A. Le Gall, LATMOS  « Le noyau de Churyu dans tous ses états », V. Ciarletti, LATMOS  « Code Comète », V. Zakharov , LATMOS  « Comètes de labo », N. Fray  , LISA  « Poussières de comètes », A.-C. Levasseur-Regourd, LATMOS  Conclusion de F. Forget, LMD

>> En Savoir Plus

Thursday 24 September 2015

Séminaire de Nick Schneider au LATMOS-UP…

Séminaire de Nick Schneider au LATMOS-UPMC (salle de réunion-4ème étage), vendredi 2 octobre 2015, 11h  Titre: First Results From MAVEN’s Imaging UV Spectrograph

First Results From MAVEN’s Imaging UV Spectrograph Séminaire de Nick Schneider le vendredi 2 octobre 2015 à 11h00 (LATMOS-UPMC, Tour 44-45, 4ème étage, salle de réunion)     Nick Schneider (LASP), Principal Investigator du spectromètre IUVS à bord de la sonde MAVEN actuellement en orbite autour de Mars, fera un séminaire sur les premiers résultats obtenus.

>> En Savoir Plus

Tuesday 01 September 2015

CO Data Assimilation for Atmospheric Com…

Séminaire de Jérôme BARRE (NCAR) au LATMOS-Jussieu jeudi 10 septembre 2015 à 11h Tour 45 ou 46, 4ème étage, salle 411   Carbon Monoxide Data Assimilation for Atmospheric Composition and Climate Science: Evaluating Performance with Current and Future Observations   Current satellite observations of tropospheric composition made from lowEarth orbit provide at best one or two measurements each day at any givenlocation. Comparisons of Terra/MOPITT carbon monoxide (CO) and IASI/MetopCO observation assimilations will be presented. We use the DART EnsembleAdjustment Kalman Filter to assimilate observations in the CAM-Chem globalchemistry-climate model. Data assimilation impacts due to both differentinstrument capabilities (i.e. vertical sensitivity and global coverage)will be discussed. Coverage is global but sparse, often with largeuncertainties in individual measurements that limit examination of localand regional atmospheric composition over short time periods. This hashindered the operational uptake of these data for monitoring air qualityand population exposure, and for initializing and evaluating chemicalweather forecasts. By the end of the current decade there are plannedgeostationary Earth orbit (GEO) satellite missions for atmosphericcomposition over North America, East Asia and Europe with additionalmissions proposed. Together, these present the possibility of aconstellation of geostationary platforms to achieve continuoustime-resolved high-density observations of continental domains for mappingpollutant sources and variability on diurnal and local scales. We describeObserving System Simulation Experiments (OSSEs) to evaluate thecontributions of these GEO missions to improve knowledge of near-surfaceair pollution due to intercontinental long-range transport and quantifychemical precursor emissions. Our approach uses an efficient computationalmethod to sample a high-resolution global GEOS-5 chemistry Nature Run overeach geographical region of the GEO constellation. The demonstrationcarbon monoxide (CO) observation simulator, which will be expanded toother chemical pollutants, currently produces multispectral retrievals(MOPITT-like) and captures realistic scene-dependent variation inmeasurement vertical sensitivity and cloud cover. The impact of observingover each region is evaluated independently. Winter and summer casesstudies are investigated i.e. where emissions, cloud cover and CO lifetimesignificantly change. Jérôme Barré1...

>> En Savoir Plus

Thursday 07 May 2015

Séminaire de Cheikh Dione au LATMOS-Guya…

Séminaire de Cheikh Dione au LATMOS-Guyancourt (Amphithéâtre Gérard Mégie), lundi 11 mai 2015, 10h30 Rôle des processus locaux sur la variabilité interabbuelle et intrasaisonnière des anomalies de température et des extrêmes climatiques. Cette étude s'inscrit dans le cadre de ROSEA (Réseau d'Observatoires pour la Surveillance de l'Eau Atmosphérique) et a pour objectif de documenter le rôle des processus locaux sur la variabilité interannuelle et intrasaisonnière des anomalies de température et des extrêmes climatiques au niveaux de trois observatoires (SIRTA, COPDD et P2OA) de ce réseau. Pour mettre en valeur ces processus, nous avons utilisé deux approches utilisant les longues séries de données d'observations disponibles au niveaux des trois observatoires, les réanalyses NCEP (2,5 x 2,5°) et ERAI (0,75 x 0,75°) pendant la période 2003 à 2013.  Dans un premier temps nous avons fait une caractérisation du cycle diurne et des anomalies journalières de température en surface à partir des régimes de grande échelle définis par Yiou et Nogaj (2004) et utilisant les champs de pression des réanalyses NCEP. La deuxième approche est basée sur l'utilisant de la méthode des analogues (Yiou et al. 2007) avec le géopotentiel à 500 hPa des réanalyses ERAI sur deux domaine imbriqués, l'un couvrant celui où les régimes sont définis et l'autre limité entre 30 et 60N de latitude et 21W et 30E de longitude, centre sur la France et tenant compte de la circulation méso-échelle.

>> En Savoir Plus

Monday 02 March 2015

Séminaire de F. Szczap au LATMOS-Guyanco…

Séminaire de Frédéric Szczap au LATMOS-Guyancourt (Amphithéâtre Gérard Mégie), mercredi 11 mars 2015, 11h Titre:Effets des hétérogénéités nuageuses sur les observables des systèmes LIDAR et RADAR Doppler sur plateformes satellite. Orateur: Frédéric Szczap (Laboratoire de Météorologie Physique) Les nuages atmosphériques terrestres présentent de grandes variations tridimensionnelle (3D) de leurs propriétés microphysiques (spectre dimensionnel des gouttelettes d’eau liquide, des cristaux de glace et de leurs formes, répartition spatiale de la phase eau et glace pour les nuages à phase mixte), géométriques (couverture fractionnaire, bosses, structures, textures, épaisseur géométrique), hydrologiques (taux de précipitation) et dynamiques (vitesse du vent) à différentes échelles spatiales. Les systèmes LIDAR et RADAR embarqués sur les plateformes satellite (A-train, EarthCARE) sont des outils extrêmement intéressants pour améliorer nos connaissances sur la climatologie des nuages. Pour des raisons pratiques, l’interprétation des mesures des systèmes LIDAR et RADAR repose sur aux moins deux hypothèses simplificatrices. La première consiste à négliger les effets de la diffusion multiple. La deuxième idéalise la distribution spatiale les propriétés optiques et dynamiques des nuages : elles sont, pour chaque pixel d’observation, considérées horizontalement homogènes entre deux plans parallèles infinis. Ceci implique, aussi, que l’effet radiatif des pixels voisins est négligé. Afin d’interpréter de manière optimale ces mesures, il faut, dans un premier temps, quantifier les effets de la diffusion multiple et les effets radiatifs des nuages hétérogènes 3D sur le rayonnement polarisé mesuré par les systèmes LIDAR et RADAR. La méthodologie classiquement utilisée dans la communauté du transfert radiatif 3D, basé sur la simulation numérique intensive, consiste à comparer les observables LIDAR et RADAR (coefficient de rétrodiffusion, rapport de dépolarisation, facteur de réflectivité, vitesse Doppler, etc…) d’un champ nuageux 3D à celles du champ nuageux homogène (1D) avec les mêmes propriétés optiques moyennes. Un simulateur 3D de système LIDAR et RADAR Doppler, développé au LaMP en étroite collaboration avec le LOA...

>> En Savoir Plus

Monday 09 February 2015

Séminaire de Babatunde Rabiu au LATMOS-G…

Séminaire de Babatunde Rabiu au LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), jeudi 12 février 2015, 13h30 Orateur: Pr. Babatunde Rabiu (CAR, NASRDA, Space Physics Laboratory, Federal University of Technology, Nigeria) Titre: Activities of the Nigerian Centre for Atmospheric Research Abstract: The paper reviewed some of the existing projects at the Centre for Atmospheric Research of Nigeria. The research thrust of the Centre cover from the ocean floor through the troposphere to the ionosphere and terminate at the Centre of the Sun. Aside other research activities, the Centre maintain a distributed network of 18 ground stations monitoring atmospheric parameters, and connected at near real-time, in a network known as Tropospheric Data Acquisition Network TRODAN. The parameters being measured routinely include: Maximum and minimum Temperature, solar radiation, wind speed etc. Our Centre in collaboration with the Telecommunication Systems Lab of the Swedish KTH Royal Institute of Technology is incorporating Wireless Sensor Networks (WSN) alongside existing TRODAN Automatic Weather Stations in Nigeria. We pioneered air quality research in West African sub region in collaboration with the US National Centre for Atmospheric Research NCAR. Our yearly workshop on air quality measurement is scheduled for June 2015. NOx gasses and Ozone are being monitored via our facility and we intend to multiply these facilities over Nigeria and Africa with time. Our scientists are involved in advanced research using observational atmospheric data and modeling. Typical research topics being pursued at our Centre shall be mentioned. Local instrumentation of the measuring instruments is also being developed. Our scientists are developing a one-stop web portal for data sharing. The TRODAN data is being shared on the African Science Grid gateway - https://sgw.africa-grid.org/trodan-data-repository . We are open to collaboration on training, data sharing and equipment deployment.

>> En Savoir Plus

Thursday 20 November 2014

Séminaire de Karl Fleury-Frenette au LAT…

Séminaire de Karl Fleury-Frenette au LATMOS (Salle 2202, Guyancourt), Vendredi 28 novembre 2014, 11h

Séminaire de Karl Fleury-Frenette au LATMOS (Salle 2202, Guyancourt), Vendredi 28 novembre 2014, 11h Orateur Karl Fleury-Frenette (Centre Spatial de Liège, Belgique) Titre: New Monolithic High Solar Rejection EUV Transmission Filter Abstract: A new high solar rejection transmission filter for the extreme UV has been developed for the Solar Orbiter Extreme Ultraviolet Imager (EUI). To provide enhanced resilience to high thermal load, a monolithic architecture approach has been taken in order to limit the thermal contact resistance between the filtering sub-micron thin film, its supporting mesh, and holding frame. Some aspects of the manufacturing process involving thin film deposition and photolithography will be presented along with optical performance and space environmental test results. New avenues for improving the thermo-optical properties of the filter will also be discussed.

>> En Savoir Plus

Monday 27 October 2014

Séminaire de Jan Deca au LATMOS (Salle 3…

Séminaire de Jan Deca au LATMOS (Salle 317, Guyancourt), Vendredi 7 novembre 2014, 14h Orateur: Jan Deca (Katholieke Universiteit Leuven, Center for mathematical Plasma Astrophysics, Leuven, Belgium) Titre:Electromagnetic Particle-in-Cell Simulations of the Solar Wind Interaction with Lunar Magnetic Anomalies: Ion and Electron Dynamics Under Varying Solar Wind Conditions. Résumé: We present three-dimensional fully kinetic and electromagnetic simulations of the solar wind interaction with lunar crustal magnetic anomalies (LMAs). Using the implicit particle-in-cell code iPic3D, we confirm that LMAs may indeed be strong enough to stand off the solar wind from directly impacting the lunar surface forming a mini-magnetosphere, as suggested by spacecraft observations and theory. In contrast to earlier MHD and hybrid simulations, the fully kinetic nature of iPic3D allows to investigate the space charge effects and in particular the electron dynamics dominating the near-surface lunar plasma environment. We describe the general picture of the interaction of a dipole model centered just below the lunar surface under various solar wind and plasma conditions, and focus afterwards on the ion and electron kinetic behavior of the system. It is shown that the configuration is dominated by electron motion, because the LMA scale size is small with respect to the gyroradius of the solar wind ions. The dominant LMA interaction mechanism is also highly dependent on the solar wind and IMF conditions. Driven by strong pressure anisotropies, the mini-magnetosphere is also unstable over time under certain conditions, leading to only temporal shielding of the surface underneath. Our work opens new frontiers of research toward a deeper understanding of LMAs and is ideally suited to be compared with field or particle observations from spacecraft such as Kaguya (SELENE), Lunar Prospector or ARTEMIS. The ability to evaluate the implications for future lunar exploration as well as lunar science in general hinges on a better understanding of LMAs. This research...

>> En Savoir Plus

Monday 06 October 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Vendredi 17 octobre 2014, 10h Orateur: Prof. Robert J. Sica (Department of Physics and Astronomy, The University of Western Ontario) Titre: Improved Understanding of Thermosphere-Mesosphere-Stratosphere-Troposphere Coupling Using Lidar Measurements Résumé:  Solar-terrestrial relations is the study of how solar radiation and particles enter and interact with Earth's atmosphere-ionosphere-magnetosphere system. The atmospheric component of solar-terrestrial relations traditionally emphasizes the interaction of solar energy with the middle and upper atmosphere. Over the last 20 years it has been realized that the coupling of the lower atmosphere with the upper atmosphere is critical to understanding climate and weather on the surface. Thus, simultaneous measurements over a wide range of heights are necessary to provide the inputs needed to understand coupling processes between atmospheric regions.    Active sensing techniques such as radar and lidar (laser radar) allow this coupling to be investigated over a wide range of heights. My group's primary research tool is the Purple Crow Lidar (PCL), which measures atmospheric composition and temperature from near the surface to the lower thermosphere (altitudes above 100 km). The PCL uses a 2.6 m diameter liquid mirror telescope coupled with a high-power laser transmitter to measure temperature, density and water vapour mixing ratio. Due to its large power-aperture product, several of its measurement capabilities are unique, such as the ability to resolve individual gravity waves and measure water vapour in the upper troposphere and lower stratosphere. In addition to the PCL, my group actively collaborates with two other lidar systems located in the high Arctic as part of the Canadian Network for the Detection of Atmospheric Change (CANDAC). Comparison of these measurements with the PCL contributes to understanding teleconnections between high and low latitudes. The role of small scale waves on the atmospheric system will be discussed and examples will be shown of measurements we have...

>> En Savoir Plus

Wednesday 10 September 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 18 septembre 2014, 11h Orateur: Arianna Piccialli (LATMOS) Titre:Thermal structure of Venus’ nightside upper atmosphere measured by SPICAV UV on Venus Express" ABSTRACT: Venus upper atmosphere (70 – 150 km altitude) is one of the most intriguing regions on the planet. It corresponds to a transition region characterized by a complex dynamics: strong retrograde zonal winds dominate the lower mesosphere while a solar-to-antisolar circulation driven by a day-to-night temperature gradient can be observed in the upper mesosphere/lower thermosphere (Schubert et al., 2007). The thermal structure of Venus upper atmosphere shows a significant variability both on day-to-day as well as longer timescales (Clancy et al., 2012; Sonnabend et al., 2012). The SPICAV (Spectroscopy for the investigation of the characteristics of the atmosphere of Venus) instrument has been operating on board the ESA orbiting platform Venus Express since 2006. In the stellar occultation mode the ultraviolet channel provides CO2 local density and temperature vertical profiles with a vertical resolution of < 7 km of both the Southern and the Northern hemispheres on the night side (6 pm to 6 am local time). I will present the thermal structure of Venus upper atmosphere based on SPICAV-UV measurements. A permanent warm area appears distinctly at the mesopause at about 90 – 100 km of altitude (Bertaux et al., 2007; Rengel et al., 2008;  Mahieux et al., 2012); the temperature then decreases with increasing altitude reaching a minimum value around 125 km. We analyzed spatial and temporal changes in the thermal structure. Local time variations dominate the structure of Venus atmosphere at these altitudes: temperatures show an increase of about 20 K on the morning side compared to the evening side. The homopause altitude is also determined; it varies between 119 and 138 km of altitude, showing no dependence on the latitude or...

>> En Savoir Plus

Friday 05 September 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), mardi 9 septembre 2014, 10h30 Orateur: Alain Hauchecorne - LATMOS (CNRS/UVSQ/UPMC) Titre: Présentation du lidar ALISSA Résumé:  Le lidar ALISSA a été proposé au CNES en 1986 dans le cadre de la coopération franco-soviétique entre le Service d’Aéronomie et l’Institut de Géophysique Appliquée de Moscou. ALISSA devait être le premier lidar dans l’espace.  La conjoncture politique avec l’effondrement de l’Union soviétique a entraîné des retards qui ont permis au lidar Américain LITE de NASA/LRC de le devancer avec un vol de courte durée à bord de la navette spatiale en septembre 1994. ALISSA a été embarqué à bord du module PRIRODA de la station soviétique MIR en avril 1996. Il était destiné à démontrer la faisabilité des mesures par lidar des nuages pour aider à mieux définir un futur lidar opérationnel d'aide à la prévision météorologique. ALISSA fait partie des lidars spatiaux précurseurs de la mission franco-américainre CALIPSO avec à bord le lidar CALIOP en fonctionnement dans l’espace depuis avril 2006. En introduction à la visite du modèle de rechange d’ALISSA, je présenterai la conception et la réalisation de l'instrument ainsi que les objectifs scientifiques, je rappellerai son histoire et je montrerai quelques résultats scientifiques.

>> En Savoir Plus

Friday 20 June 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 26 juin 2014, 11h Orateur: David Luz (Centro de Astronomia e Astrofisica da Universidade de Lisboa, Observatorio Astronomico de Lisboa) Titre: Venus Polar Vortex Dynamics: measurements from 2.5 years of Venus Express/VIRTIS observations Résumé: The Venus southern polar vortex is in constant dynamical change. Its morphology exhibits striking daily variability, and its centroid of rotation is displaced from the rotational geometry of the planet and occasionally displays a precessing motion about the pole. But what is the mean state of the vortex on a long-term basis and how does it relate to the atmospheric dynamics at lower latitudes? ESA's Venus Express has been orbiting Venus since 2006, and the infrared mapping channel of the VIRTIS instrument acquired about 2.5 years of data before its cryocooler eventually malfunctionned, among which many sequences of images of high latitudes in the southern hemisphere. I will examine the short- and long-term dynamics of the polar vortex, based on measurements of winds obtained by cloud motion monitoring at the 45 and 65-km levels, from the complete VIRTIS-M infrared dataset. I will present the mean zonal winds and vorticity profiles, addressing the stability of the flow and discussing the major structures of the general atmospheric circulation based on new results.

>> En Savoir Plus

Friday 13 June 2014

Séminaire LATMOS-Guyancourt (salle 0007)…

Séminaire LATMOS-Guyancourt (salle 0007), Vendredi 20 juin 2014, 11h Orateur: Alain Protat (Centre for Australian Weather and Climate Research, Australian Bureau of Meteorology) Titre: La modulation des propriétés statistiques de la pluie tropicale en réponse à différents forçages de grande échelle, et leur représentation dans un modèle de prévision Résumé: Au cours de ce séminaire je présenterai un résumé des travaux réalisés ces trois dernières années pour mieux caractériser les propriétés statistiques des précipitations tropicales (précipitations, cycle diurne, cycle de vie) et leur modulation par différents forçages de grande échelle. Ces études reposent sur une utilisation statistique des données de 7 saisons humides collectées par un radar bande C polarimétrique (version australienne de notre cher Ronsard). Cette caractérisation est ensuite utilisée pour évaluer la représentation de la convection profonde tropicale dans le modèle de prévision à aire limitée australien nommé ACCESS, qui est très proche du modèle UM du Met Office anglais.

>> En Savoir Plus

Tuesday 10 June 2014

Double séminaire LATMOS-Guyancourt, Sall…

Double séminaire LATMOS-Guyancourt, Salle 317, Vendredi 13 juin 2014, 11h Orateurs: Prof. Xiankang DOU and Prof. Dongsong SUN (University of Science and Technology of China - USTC) Dr. Prof. X. Dou, Vice president of the University of Science and Technology of China Topics: ” Recent progress on sporadic sodium layers studies in MLT region detected by USTC/CMP lidars” (20min) Abstract: The recent progress on sporadic sodium layers studies in MLT region using the USTC lidars and the lidars from the Chinese Meridian Project will be presented. Two cases of the lower thermospheric enhanced sodium layer (TeSL) was observed at a low latitude station, Lijiang, China (26N, 100E) on March 10, 2012 and April 10, 2012. In addition, strong sporadic sodium layers (SSLs) near 100 km accompanied the TeSL observed. Both the TeSLs and SSLs exhibited tidal-induced downward motion. The adjacent ground-based and space-borne ionospheric radio observations showed strong Es layers before the appearance of the TeSLs. I will also show the statistical features of sporadic sodium layers (SSLs) and the thermospheric enhanced layers (TeSLs) observed by a lidar chain located at Beijing (40N, 116E), Hefei (31.8N, 117.3E), Wuhan (30.5N, 114.4E), and Haikou (19.5N, 109.1E). Both the SSLs and TeSLs at four lidar sites showed evident summer enhancements and correlated well with Es. The co-observations of SSLs at three lidar site pairs indicated that a large-scale SSL extended horizontally for at least a few hundred kilometers and exhibited a tidal-induced modulation. Dr. D. Sun, Profess, School of earth and space sciences, USTC Topics: ”Lidar Development for Wind Measurement at USTC” (20min) Abstract: The wind lidar system for upper atmosphere will be described. The Doppler frequency from the molecular backscattering is analyzed by a double Fabry-Perot etalon based technique. Some comparison field experiments between the lidar and the GPS radiosonde show good agreement. Continuous wind profiles in Delingha (37.4°N?97.4°E), China, demonstrated the stability and robustness of...

>> En Savoir Plus

Wednesday 04 June 2014

Séminaire LATMOS Jussieu, salle 411, Mar…

Séminaire LATMOS-Jussieu, salle 411, Mardi 10 juin 2014, 11H Orateur: Helen Worden (NCAR) Using TES and IASI satellite observations to test climate model predictions of ozone radiative forcing hydrological cycle on ozone RF. Recent international assessments have demonstrated the co-benefits of controlling tropospheric ozone for both near-term climate change and air quality. However, strategies for targeting ozone precursor emissions require accurate model predictions of ozone radiative forcing (RF). Tropospheric ozone has the third highest RF for anthropogenic greenhouse gases since pre-industrial times, but high uncertainties and a large spread in model values remain in the IPCC AR5. We will show how TES observations of ozone and the sensitivity of TOA (Top Of Atmosphere) radiative flux to ozone have been used to reduce the uncertainty in the mean estimate of tropospheric ozone RF from the ACCMIP (Atmospheric Chemistry and Climate Model Intercomparison Project) reported in the IPCC AR5. We also present the results of combining TES TOA flux sensitivity and the GEOS-chem adjoint to determine the radiative effect of ozone precursor emissions NOx, CO and NMHC (non-methane hydrocarbons). This study showed a large spatial dependence for radiative forcing from ozone as a function of where the precursors were emitted. For example, NOx emissions from Chicago have to be more than 3 times larger than Atlanta emissions to have the same forcing. These previous TES results provide motivation for new work to benchmark the model-to-satellite differences in TOA ozone band flux and flux sensitivity. The TOA flux for the infrared ozone band is a fundamental quantity which is predicted by IPCC chemistry-climate models but never tested directly against satellite measurements. The continuation of the TES record of infrared ozone spectra with long-term IASI data will allow accurate predictions of future ozone forcing and an assessment of the feedback from changes in the hydrological cycle on...

>> En Savoir Plus

Friday 28 March 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 3 avril 2014, 11H Orateur: Antoine Lucas, CEA Titre: Titan : Vers un modèle hydrogéologique global ? Résumé: La présence d’une atmosphère dense fait de Titan, le plus gros satellite de Saturne, un objet particulier. La mission Cassini-Huygens nous a dévoilé un monde étrangement familier. Les conditions de surface sont proches de celles du point triple du méthane à l’instar de l’eau sur Terre. La présence de volatiles dans l’atmosphère permet à des processus fluviatiles et lacustres de façonner la surface. La présence de réseaux hydrologiques et de lacs fournit des contraintes fondamentales sur les propriétés mécaniques et chimiques de lasurface. Trois questions fondamentales se posent : (1) Les réseaux se sont-ils formés par érosion mécanique ou chimique ? (2) Quelle est la contribution de l’écoulement en sub-surface ? (3) S’agit-il du résultat d’évènements catastrophiques ou périodiques ? Au delà de ces questions fondamentales, de nombreuses interrogations persistent. Nous verrons que si certaines peuvent potentiellement trouver des réponses à l’aide de la mission Cassini-Huygens, d’autres resteront sans réponse avant de futures missions d’exploration.

>> En Savoir Plus

Thursday 13 March 2014

Séminaire LATMOS (Guyancourt, Amphithéât…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, Amphithéâtre Gérard Mégie), Jeudi 20 mars 2014, 11h Orateur: Mustapha Meftah et l'équipe PICARD Titre: La mission PICARD: De sa conception à son exploitation scientifique Résumé: PICARD est une mission scientifique dédiée à l’étude du Soleil. Son objectif est d’apporter des mesures spécifiques (diamètre solaire, aplatissement solaire, rotation différentielle, éclairement solaire total, éclairement solaire spectral, hélio-sismologie, etc.) pour approfondir notre connaissance du fonctionnement de notre étoile. La mission PICARD a été ainsi nommée en hommage à l’astronome français Jean Picard (1620-1682) qui fut un des premiers à réaliser des mesures de précision du diamètre solaire (proche de 1.4 million de kilomètres). Vouloir mesurer avec précision le diamètre d'une sphère gazeuse située à près de 150 millions de kilomètres, dont l'enveloppe est en perpétuel changement représente un défi qui semble irréalisable, et ceci d'autant plus que l'atmosphère terrestre, à travers laquelle les observations sont faites, constitue un gros handicap. A ces difficultés s'ajoute celle de la définition du bord solaire qui sert de repère géométrique pour délimiter la sphère solaire. Et pourtant, malgré ces obstacles, la mesure du diamètre solaire et de ses variations constitue depuis très longtemps des programmes de recherches dans de nombreux observatoires. Afin de réaliser des mesures hors atmosphère, le satellite PICARD (issu de la filière Myriade du CNES) a été développé et mis en orbite le 15 juin 2010, et ce à partir d’une idée originale provenant du LATMOS (ex Service d’Aéronomie). Le Laboratoire est responsable de la charge utile PICARD qui comprend quatre instruments spatiaux (télescope imageur, radiomètre, photomètre et bolomètre) et un équipement électronique. La durée de vie d’un satellite reste cependant limitée à quelques années. Le retrait de service du satellite PICARD est programmé pour le 4 avril 2014. Il convenait alors d’assurer au sol une surveillance à plus long terme des paramètres...

>> En Savoir Plus

Tuesday 04 March 2014

Séminaire LATMOS (Jussieu, Tour 45-46, 4…

Séminaire LATMOS (Jussieu, Tour 45-46, 4ème étage, salle 411) Jeudi 13 mars 2014, 11h Orateur: Peter Hess, Cornell University Titre: Tropospheric ozone and variability and trends: the stratospheric contribution Résumé: Despite the need to understand the impact of changes in emissions and climate on tropospheric ozone, attribution of tropospheric interannual ozone variability to specific processes has proved difficult. Here we analyze the stratospheric contribution to tropospheric ozone variability and trends from 1953-2005 in the N.H. mid-latitudes using four ensemble simulations of the Whole Atmosphere Community Climate Model (WACCM).  The simulations are driven by time changes in observed sea-surface temperatures, concentrations of greenhouse gases (including methane) and ozone depleting substances. While in the stratosphere WACCM employs a sophisticated chemical mechanism, in the troposphere only the basic tropospheric NOX-CH4 chemistry is simulated, where the NOX emissions remain interannually constant. Despite this simplicity, the simulations capture the measured N.H. background ozone variability to a surprising extent. The variability and trends in the simulated tropospheric ozone from record from 30-90N are explained on both the interannual and decadal timescales by changes in the 150 hPa ozone flux and changes in methane concentration. From 40% (at the surface) to over 80% (at 150 hPa) of the simulated ozone variability from 30-90N is captured by a primary mode (as determined by empirical orthogonal function analysis). This mode of variability shows very strong stratosphere-troposphere coupling, demonstrating the importance of the stratosphere in an attribution of tropospheric ozone variability. Over the long term (1953-2005) the simulated downward residual velocity at 150 hPa increases by 16% from 30-90N. However, the impact of this on tropospheric ozone is modulated by stratospheric ozone depletion.  The downward ozone flux at 150 hPa reaches a maximum in the 1960s and a minimum near 1990. From 1990 onward, with the recovery of stratospheric ozone, the flux has increased by...

>> En Savoir Plus

Thursday 06 February 2014

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt) Jeudi 13 février, 10h30 Orateur: Gilles Molinié (LTHE, Université Joseph Fourier, Grenoble) Titre: Mesure de la taille et de la forme des gouttes de pluie à la résolution de quelques secondes avec un disdromètre à une seule caméra : le SCD Résumé: La mesure de la taille des gouttes de pluie est couramment utilisée pour évaluer l’intensité et la granulométrie de la pluie. Elle intéresse les météorologues qui souhaitent caractériser la structure de la pluie et comprendre son origine, ceux qui ont besoin d’identifier les hydrométéores pour calibrer des mesures par radar ou par satellite. Elle intéresse aussi les hydrologues pour lesquels l’intensité de la pluie est la variable d’entrée du système hydrologique et est un facteur d’érosion fortement dépendant de sa granulométrie. Parmi les facteurs qui organisent l’intensité de la pluie dans le temps et dans l’espace, la turbulence atmosphérique est le plus rapide. Pour identifier ses effets, il faut réaliser des mesures à des résolutions temporelles de l’ordre de quelques secondes. Le LTHE, en collaboration avec le GIPSA-LAB, a mis au point un disdromètre à une seule caméra (SCD) qui mesure la forme et la taille des gouttes de pluie à une résolution inférieure à 10 secondes. Au cours du séminaire, nous expliquerons le fonctionnement du SCD, ses performances actuelles et les possibles améliorations a y apporter en vue de son utilisation pour la mesure de tous les types d’hydrométéores.

>> En Savoir Plus

Monday 06 January 2014

Séminaire LATMOS (Guyancourt, Amphithéât…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, Amphithéâtre Gérard Mégie), Jeudi 16 Janvier 2014, 11h Orateur: Michel Capderou (LMD-Polytéchnique et UPMC) et Karim Ramage (IPSL) Titre: IXION : logiciel d'orbitographie et d'échantillonnage, pour les études relatives aux satellites de la Terre et d'autres planètes. Resumé: Le logiciel IXION est utilisé depuis plusieurs années par les membres de la communauté IPSL : http://climserv.ipsl.polytechnique.fr/ixion.html La nouvelle version, IXION_2014, contient beaucoup de nouvelles fonctionnalités. Plusieurs de ces nouvelles fonctions ont été établies à la suite de demandes provenant des chercheurs de l'IPSL. Ce séminaire a pour but d'exposer toutes les possibilités qu'offre IXION sur le Web. Nous montrerons aussi les cas pour lesquels la version IXION_Linux, plus complète mais moins conviviale, peut être utilisée avec profit.

>> En Savoir Plus

Thursday 21 November 2013

Séminaire LATMOS-OVSQ, Amphithéâtre Géra…

Séminaire LATMOS-OVSQ, Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt, jeudi 28 novembre, 11h Orateur: Yann Brouet (Observatoire de Paris-LERMA) Titre: Détermination de la permittivité de matériaux naturels poreux, en relation avec la mission Rosetta Résumé: La permittivité des milieux naturels, susceptibles d’être explorés par des radiomètres ou des radars, dépend de la fréquence des mesures, mais  aussi de la composition, de la température et de la porosité de ces milieux. Dans le système solaire, la porosité des régolites astéroïdaux et des noyaux cométaires semble très élevée. La sonde européenne Rosetta, qui a déjà survolé les astéroïdes 2867 Steins et 21 Lutetia, entamera son rendez-vous avec la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko (C-G) en mai 2014. À bord, les instruments MIRO et CONSERT (dont une partie est sur l’atterrisseur Philae) travaillent à des fréquences respectivement égales à 190 GHz et 563 GHz, et 90 MHz. Pour contribuer à la préparation de l’interprétation de leurs observations, il est important d’estimer la permittivité de la surface et sous-surface du noyau cométaire à ces fréquences, en  menant en laboratoire des investigations sur des matériaux très poreux. L'effet de la masse volumique, et donc de la porosité, sur la permittivité a pour la première fois été étudié à 190 GHz, la fréquence centrale du récepteur millimétrique de MIRO, avec un banc de mesure quasi-optique disponible au LERMA (Obs. de Paris), pour divers échantillons de cendres volcaniques (dont des simulants NASA). Leur porosité naturelle, comprise entre 30% et 60%, s'approche de celle des matériaux cométaires. En observant une décroissance linéaire de la partie réelle de la permittivité lorsque la masse volumique diminue, nous avons ainsi fourni une première estimation de la permittivité à 190 GHz de la surface du noyau de la comète 67P/C-G, en prenant en compte, à partir de travaux antérieurs, les variations liées aux températures et compositions effectives. Les mesures de permittivité ont...

>> En Savoir Plus

Thursday 14 November 2013

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Géra…

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Vendredi 22 novembre, 11h Orateur: Vasili Kharchenko (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, University of Connecticut) Titre: Relaxation of Energetic Neutral Atoms and Escape from Planetary Atmospheres Résumé: Precipitation of Energetic Neutral Atoms (ENAs) produced  by  the solar wind and/or magnetospheric ions are investigated. Energy relaxation of ENAs are determined in Monte Carlo simulations of the precipitation process, taking into account  an accurate description of collisions between ENAs and atomic and molecular constituents of planetary atmospheres. Rates of the energy and momentum transfer in ENAs collisions with the atmospheric gas and production rates of secondary energetic atoms and molecules are evaluated with accurate cross sections obtained in ab initio quantum mechanical calculations and laboratory measurements. Collisions of precipitating particles with CO2 molecules, which are important constituents of the upper atmospheres of terrestrial planets, are described using  the semi-empirical quantum scaling procedure. For illustration, altitude profiles of the ion/ENAs energy deposition into the Mars atmosphere are calculated. The rates of  production of the secondary energetic (hot) atoms and molecules are determined. The escape fraction of fast atoms and molecules induced by precipitating ENAs are computed. Escape of molecular species from Mars' atmosphere is discussed in detail.

>> En Savoir Plus

Tuesday 15 October 2013

Séminaire LATMOS/Guyancourt le 22 octobr…

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), mardi 22 octobre à 11h. Professeur Hanna Vehkamäki, Department of Physics, University of Helsinki, Finlande: "Uncovering the secrets of atmospheric nanoparticles". Atmospheric aerosol particles affect human health, visibility and climate. Cloud formation in our atmosphere always involves particles as cloud condensation nuclei. The direct scattering effect together with the influence via clouds constitute the largest uncertainty in predicting future climate. Not all the particles are emitted in the air in solid or liquid form: it is estimated that approximately half of modern-day cloud condensation nuclei originate from atmospheric nucleation born in the air from condensable vapours. In many atmospheric locations, the strongest candidate for a particle forming vapour is sulphuric acid, but other vapours are needed to assist the process. We have used first principles computational chemistry method to study the stability of charged and neutral sulphuric acid clusters containing ammonia and dimethylamine. Using the computed cluster properties in a cluster size distribution dynamics model we are able to replicate the nucleation rates observed in the CLOUD chamber in CERN. After validation, our model is now being used to assess the how the description of particle formation affects parameters of climatic importance, such as the number of cloud condensation nuclei.

>> En Savoir Plus

Thursday 23 May 2013

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Géra…

Séminaire LATMOS-OVSQ (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Mercredi 29 mai 2013, 11H Orateur: Alessandro Battaglia (Earth Observation Sciences, Department of Physics and Astronomy, University of Leicester, Leicester, UK) Titre: Potential of a conically scanning Doppler polarimetric 94 GHz radar for observing winds in extreme weather event cloud systems Résumé: The capability of microwaves to penetrate cloud and rain has placed radar in an unchallenged position for remotely surveying the atmosphere and quantifying the associated parameters. Although visible and infrared instruments on satellites can detect and track storms, only microwave observations can reveal the internal structure of a storm. In particular, radars with Doppler capability can provide quantitative information on highly dynamic atmospheric processes. With the advancements in space-borne atmospheric radar, initiated with TRMM, CloudSat, and the follow-on missions such as GPM and EarthCARE CPR now in advanced state, the atmospheric science community is again challenged to explore new observation capabilities. This study focuses on assessing the potential of off-nadir scanning Doppler 35/94 GHz radar to measure the along line-of sight winds. Because of the potentially high winds involved in extreme weather phenomena and of the large Doppler fading introduced by the platform movement, polarization diversity capabilities are used to eliminate aliasing and drastically reduce noise errors. An end-to-end radar simulator suited for polarimetric Doppler space-borne radars has been exploited to simulate the performances of such a system when overpassing a hurricane, simulated with a cloud resolving 3D model. The simulation framework allows an overall assessment of the error budget for Doppler velocity measurements. Results show that: 1) multiple scattering related errors are confined to strong convective cores; 2) noise errors can be typically reduced down to the ~1m/s magnitude for integration lengths of the order of 10 km when SNR-thresholds and V-H pulse pair distances are properly selected; 3) non uniform beam filling errors...

>> En Savoir Plus

Tuesday 14 May 2013

Séminaire LATMOS (Salle 0007, Guyancourt…

Séminaire LATMOS (Salle 0007, Guyancourt), Jeudi 23 mai 2013, 11h Orateur: Frédéric Vincent (IAP) Titre: Observations of the interplanetary hydrogen during solar cycles 23 and 24. What can we deduce on the local interstellar medium ? Résumé: The motion of the Sun within the Milky Way allows to probe the local interstellar medium (LISM) that interacts with the heliosphere and whose physical parameters may vary during the journey of the Sun. Hence, recent observations of interstellar helium atoms by the IBEX spacecraft indicate that the LISM velocity vector may have changed since previous measurements by the Ulysses spacecraft about 20 years ago. The interplanetary hydrogen (IPH), a population of neutrals that fill the space between planets inside the heliosphere, carries the signature of the LISM and the heliospheric interface. More than 40 years of space-based studies of the backscattered solar Lya emission from the IPH provided limited access to the velocity distribution, with the first partial temporal map of the IPH line-shift during the solar cycle 23. I will present the results of last IPH observations made by the Space Telescope Imaging Spectrograph during the solar cycle 24. These results have been compiled with previous measurements and the whole set has been compared to physically realistic models to test the LISM physical parameters as measured by Ulysses and IBEX. This comparison suggests that the LISM velocity vector has not changed since Ulysses measurements. At last, I will briefly present the spatial heterodyne spectrometer, an emerging technique of interferometry, that can be used to obtain all-sky IPH Lya maps in order to improve the study of the heliosphere and its surroundings.

>> En Savoir Plus

Monday 22 April 2013

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 25 avril 11h Orateur: Thierry Fouchet (LESIA-Observatoire de Paris) Titre: La stratosphère de Saturne observée par Cassini Résumé: Depuis 2004, la sonde Cassini est en orbite autour de Saturne et a apporté de nombreuses découvertes sur Titan, Encelade, les anneaux, mais aussi Saturne, qui sera l’objet de mon séminaire. Avant Cassini, Saturne, la seconde planète géante du système solaire, fut uniquement survolée par les missions Voyager, et notre connaissance de cette planète restait assez superficielle. La sonde Cassini avec ses instruments et la durée de sa mission a apporté de nombreuses découvertes. Je me concentrerai sur l’observation des structures thermique et chimique stratosphériques, observées par le spectromètre infrarouge CIRS. Je montrerai la détection de phénomènes saisonniers liés à la circulation générale interhémisphérique, la découverte d’un phénomène analogue à l’oscillation quasi-biennale terrestre, et l’observation d’un réchauffement stratosphérique soudain associé à la grande tempête saturnienne de 2010. Ces découvertes ont motivé la création, en collaboration avec le LMD/IPSL, d’un modèle de circulation générale de la stratosphère de Saturne.

>> En Savoir Plus

Wednesday 06 March 2013

Séminaire LATMOS-UPMC (Tour 45/46, 4ème …

Séminaire LATMOS-UPMC (Tour 45/46, 4ème ét., salle 411, Jussieu), Vendredi 15 mars 2013, 11H Orateur: Christophe Lavaysse (MMM/NCAR, Boulder, CO, USA & LATMOS, Paris) Titre: Impact de la dépression thermique saharienne et des aérosols sur le système de mousson Ouest-Africain Résumé: Grace aux récentes campagnes de mesures internationnales dans cette région, la compréhension du rôle de la région Saharienne dans le système de mousson a été profondément amélioré depuis ces dernières années. Au cours du projet AMMA, j'ai participé aux travaux permettant de mieux comprendre le rôle et les impacts de la dépression thermique sur le système de mousson. J'ai développé une méthode de detection afin de caractériser cette composante clef de la mousson. A partir de ce produit, une étude, à l'échelle saisonnière et intra-saisonnière, a été réalisée visant à estimer les impacts de cette dépression sur la mousson et plus particuliérement sur la convection. Il a ainsi été souligné que son installation au Sahara au mois de juin se produisait quelques jours avant l'installation des précipitations au Sahel. Aux échelles inférieures à 25 jours, des pulsations intra-saisonnières de l'intensité et de la localisation de la dépression modulent l'activité convective au Sahel avec un dipole Est/Ouest des anomalies. Le rôle de la dépression thermique est aussi déterminant sur les soulevements des aérosols désertiques au Sahara par la modulation des vents de basses couches. Les intéractions entre ces panaches d'aérosols et la dépression thermique et plus généralement avec la mousson ont été étudiées à partir de deux études. La première a porté sur la période de mousson établie au cours du projet AMMA (Juillet 2006). A partir de différentes configurations du modèle régional Meso-NH, l'impact des effets radiatifs des aérosols a pu être analysé. Une seconde étude, en cours au NCAR, porte sur la phase d'installation de la dépression thermique au Sahara au cours...

>> En Savoir Plus

Thursday 14 February 2013

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 21 février 2013, 11h Orateur: Sylvaine Turck-Chièze (Service d'Astrophysique du CEA) Titre: Magnétisme du Soleil interne, Vers une meilleure compréhension de l’interaction Soleil - Atmosphère terrestre Résumé: Il est aujourd’hui encore difficile de quantifier l’influence du Soleil sur l’atmosphère terrestre ou sur le climat de la Terre, même à court terme et encore plus à long terme. Ceci vient de la complexité des phénomènes concernés externes (CME, interaction magnétique) mais aussi de la compréhension du magnétisme solaire interne. En effet c’est le magnétisme solaire interne qui est à l’origine des phénomènes externes et de leur évolution temporelle.  Dans ce séminaire, je montrerai ce que SoHO a apporté pour progresser sur ce point. Je présenterai les résultats obtenus en sismologie solaire et stellaire interprétés par des modélisations 1D et 3D et confrontés aux observations obtenues par d’autres communautés. Je montrerai ensuite quelles sont les questions qu’elles suscitent et les actions que nous avons prises pour avancer au cours de ces toutes prochaines années pour répondre partiellement à ces questions (transfert d’énergie, rotation…).  PICARD et SDO devraient apporter des réponses supplémentaires que je décrirai. La prochaine décade est cruciale car Soleil et influence terrestre sont inversés. Je finirai en décrivant les questions sans réponse avec les instruments spatiaux déjà programmés et les efforts instrumentaux en cours pour apporter de nouveaux éléments de réponses.

>> En Savoir Plus

Monday 04 February 2013

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), 14 février 2013, 11H Orateur: Aymeric Spiga (LMD, Paris) Titre: Rocket dust storms and detached dust layers in the Martian atmosphere Résumé: Airborne dust is the main climatic agent in the Martian environment. Local dust storms play a key role in the dust cycle; yet their life cycle is poorly known. Here we use mesoscale modeling that includes the transport of radiatively active dust to predict the evolution of a local dust storm monitored by OMEGA on board Mars Express. We show that the evolution of this dust storm is governed by deep convective motions. The supply of convective energy is provided by the absorption of incoming sunlight by dust particles, rather than by latent heating as in moist convection on Earth. We propose to use the terminology "rocket dust storm", or conio-cumulonimbus, to describe those storms in which rapid and efficient vertical transport takes place, injecting dust particles at high altitudes in the Martian troposphere (30 to 50 km). Combined to horizontal transport by large-scale winds, rocket dust storms produce detached layers of dust reminiscent of those observed with Mars Global Surveyor and Mars Reconnaissance Orbiter. Since nighttime sedimentation is less efficient than daytime convective transport, and the detached dust layers can convect during the daytime, these layers can be stable for several days. The peak activity of rocket dust storms is expected in low-latitude regions at clear seasons (late northern winter to late northern summer), which accounts for the high-altitude tropical dust maxima unveiled by Mars Climate Sounder. Dust-driven deep convection have strong implications for the Martian dust cycle, thermal structure, atmospheric dynamics, cloud microphysics, chemistry, and robotic and human exploration.

>> En Savoir Plus

Thursday 29 November 2012

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 6 décembre, 11h Orateur: Lucas Besson Titre: La Réfractivité radar : vers une mesure de l’humidité de l’air Résumé: Les radars météorologiques ont été initialement conçus pour détecter et quantifier les précipitations. À la fin des années 90, une technique permettant de mesurer le changement de l’indice de réfraction de l’air avec ces radars a été développé. Cette nouvelle technique utilise la phase du signal en provenance des échos de sol pour estimer l’indice de réfraction entre le radar et ces cibles. Cette mesure offre potentiellement des informations sur la pression, la température et l'humidité dans les basses couches de l'atmosphère, et présente donc un intérêt météorologique, aussi bien pour la prévision numérique que pour les études de processus. La méthode, initialement conçu pour les radars cohérents, a été récemment adapté pour les radars non-cohérents, qui équipent la plupart des réseaux opérationnels européens. Les données sur le changement de réfractivité sont maintenant couramment observées par les radars météorologiques opérationnels français et archivées. Au cours du séminaire, je vous présenterai le principe de la mesure, et son utilité pour mesurer l’évolution des paramètres météorologiques dans la couche limite de l’atmosphère. Puis j’exposerai les différents travaux mis en place pour améliorer la mesure, mais aussi les perspectives qu’elle offre pour l’estimation des flux turbulents.

>> En Savoir Plus

Monday 15 October 2012

Séminaire LATMOS (Guyancourt) mardi 23 o…

Séminaire LATMOS (Guyancourt) mardi 23 octobre 2012, 10h Orateurs: Olivier Thauvin et Juliette Hadji-Lazaro Titre: Présentation des langages utilisables en science. Résumé: Etape parfois négligée lors de la création d'un projet, le choix du langage de programmation s'avère pourtant capital sur le long terme. Il existe un grand nombre de langages, mais tous ne sont pas adaptés à toutes les situations et si certains peuvent paraitre séduisant à court terme, faire évoluer le code après quelques années peut s'avérer très délicat. Afin de vous aider dans ce choix, nous vous proposons une présentation d'un panel de langages utilisables au laboratoire. Nous mettrons en évidence pour chaque langage les points forts et points faibles à la fois dans un contexte informatique général, mais également par rapport à nos domaines de recherche.

>> En Savoir Plus

Monday 01 October 2012

Annulation: Séminaire LATMOS (Guyancourt…

Annulation: Séminaire LATMOS (Guyancourt), Vendredi 5 octobre, 15h Orateur: Cesar Bertucci, Instituto de Astronomia y Fisica del Espacio (CONICET/UBA), Argentina Titre: An empirical model of Saturn's magnetosphere to understand Titan's plasma interaction. Résumé: In this work, we analyze and interpret magnetic field observations by Cassini during the T15 Titan flyby based on background magnetic field estimates provided by a new empirical model of Saturn's field in the outer magnetosphere. This new model combines previously developed axis symmetrical stress-balance model of Saturn's magnetodisk and a dynamic, empirical model of the magnetodisk's current sheet shape to mimic Cassini magnetometer measurements around Titan. The model is quite efficient in providing a reliable estimate of the Kronian magnetic field where Titan sits in. The best fit model outputs are next used to interpret Cassini MAG data inside Titan's induced magnetosphere using a coordinate system based on the upstream magnetic field and plasma flow velocity. In this new coordinate system, MAG data reveals an induced magnetotail whose magnetic structure is consistent with the draping of the modeled background magnetic field. As the background magnetic field varies in time during we compare results using time varying or static mean field coordinates. Finally, we discuss the implications of the use of this model for other Titan flybys and for theoretical studies involving time varying upstream conditions.

>> En Savoir Plus

Thursday 14 June 2012

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), jeudi 21 juin 2012, 11h Orateur: Eduard Dubinin (Max Planck Institute for Solar System Research, Katlenburg-Lindau, Germany)Titre: Ionospheric magnetic fields and currents at Mars and VenusRésumé: Mars Express and Venus Express spacecrafts have provided us a wealth of in-situ observations of characteristics of induced magnetospheres of Mars and Venus at low altitudes during solar minimum conditions. At such conditions large-scale magnetic fields are observed deeply in the ionospheres (magnetized ionospheres). The observations again raise a long-standing question about the origin of these fields. The problem is intimately related to the issue of electric current system and their closure. Analysis of ASPERA-3, ASPERA-4, MARSIS and MAG data reveals a lot of features which require a more sophisticated view at the origin and the topology of the ionospheric magnetic fields. Differing perspectives at this problem will be discussed.

>> En Savoir Plus

Thursday 07 June 2012

Séminaire LATMOS Guyancourt, (ATTENTION …

Séminaire LATMOS Guyancourt, (ATTENTION changement exceptionnel: salle 2202), jeudi 14 juin, 11h Andrew Heymsfield (NCAR, Colorado) Holes in Clouds: What They Are, How they are Producted, and Why They May be Important Currently, ice production by aircraft is conventionally considered to occur as contrails, which typically form behind jet aircraft as a result of engine combustion when the air temperature is –40°C and below, characteristic of cirrus forming (ice-cloud) conditions. Recent evidence points to the extension of aircraft effects to temperatures where the warmer midlevel clouds are observed. When altocumulus are thin and occur at temperatures between about -10 and -35C, aircraft can produce the peculiar and striking formations called “hole punch” and “canal” clouds, which have the appearance of dissipation trails. I will discuss observations of these features, why they can spread and persist for many hours, and possibly important implications.

>> En Savoir Plus

Wednesday 30 May 2012

Séminaire LATMOS (Guyancourt), amphithéâ…

Séminaire LATMOS (Guyancourt), Amphithéâtre Gérard Mégie, mercredi 6 juin, 11h Orateur: Maïa Kuga (CRPG, Nancy) Titre: Les gaz rares dans les météorites et les atmosphères planétaires (Terre et Titan) Résumé: Les chondrites font partie des objets les plus primitifs du système solaire. Pourtant, la composition élémentaire et isotopique des gaz rares dans ces météorites est différente de celle du soleil, notre meilleur représentant du disque protoplanétaire. Ces différences sont encore mal comprises et pourraient être dues à des fractionnements lors d'interactions entre les photons du jeune soleil et le gaz nébulaire et/ou lors d'interactions entre le gaz et les solides du disque. Ces processus pourraient également être responsables de la composition isotopique particulière du xénon dans l'atmosphère terrestre et de l'absence de gaz rares dans l'atmosphère de Titan. Au cours de ce séminaire, je présenterai dans un premier temps les caractéristiques des gaz rares dans les météorites et les atmosphères de la Terre et de Titan. Puis j'exposerai les différents travaux expérimentaux que nous menons dans le but de contraindre l'importance des interactions photons/gaz et gaz/solides sur le fractionnement isotopique des gaz rares. Cette étude vise à explorer le fractionnement isotopique et l'adsorption des gaz rares lourds (Ar, Kr et Xe) sur des solides carbonés produits dans des plasma CO/N2 et CH4/N2 en présence de gaz rares.

>> En Savoir Plus

Wednesday 16 May 2012

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mé…

Séminaire LATMOS (Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt), Jeudi 24 mai 2012, 11h Orateur: Andrew Heymsfield Titre: Ice Crystals and Snowfall at the Surface and in the Atmosphere Résumé: In this talk, I will present you with a characterization of how snow has been studied from the ancient Chinese to the present times. I'll first tell you why it is important to study snow/ice crystals. I'll then discuss observations made at the surface through history and the methods used to study them. I'll talk about Weather Modification and how it works. I'll describe measurements made by research aircraft in clouds. I'll then provide some data collected by earth observing satellites.  

>> En Savoir Plus

Wednesday 09 May 2012

Séminaire LATMOS à Jussieu le 15 mai à 1…

Séminaire LATMOS mardi 15 mai 11H (Jussieu). Kevin W. Bowman (Jet Propulsion Laboratory, California Institute of Technology): "Observational constraints on climate forcing: perspectives from satellites, models, and assimilation"Atmospheric composition is the primary driver of climate and environmental change from human activity. Well-mixed greenhouse gases such as carbon dioxide are linked to short-lived climate forcerssuch as ozone through common combustion sources, chemistry, and eco-system processes. Consequently, policy studies are beginning to consider both air quality and climate impacts within an EarthSystem context to develop global mitigation strategies. Satellite observations from instruments such as the NASA Tropospheric Emission Spectrometer play an important role in understanding the processescontrolling atmospheric composition as well as their attribution to specific sources. In conjunction with atmospheric models and advanced assimilation techniques, these data are providing constraints onhow changes in composition force both climate and air quality, setting the stage for effective mitigation strategies. We will show how ozone radiative forcing can be attributed to spatially resolved sourcesand sinks through a combination of satellite-derived instantaneous radiative kernels (IRK) and adjoint modeling techniques. These IRK will also be used toevaluate ensemble chemistry-climate modelozone predictions and their radiative forcing, providing a calibration point between historic change and future response of climate.

>> En Savoir Plus

Thursday 26 April 2012

Séminaire LATMOS (Guyancourt), jeudi 3 m…

Séminaire LATMOS (Guyancourt), jeudi 3 mai 2012, 14h Orateur: Jean-Baptiste RENARD (LPCEE, Orléans) Titre: Nouvelle génération de compteurs optiques pour la détection et la caractérisation des aérosols liquides et solides dans l'air ambiant au sol et dans l'atmosphère sous ballons atmosphériques Résumé: La détection des particules d’aérosols ayant des dimensions de quelques dixièmes de mm à quelques dizaines mm, dans l’air ambiant et dans l’atmosphère, représente un enjeu fondamental pour la santé humaine en termes de pollution et de travaux sur les interactions aérosols – climat. La mesure de la concentration massique en aérosols solides effectuée en routine par des techniques gravimétriques fournit une information utile mais incomplète car il n’est pas possible d’accéder à la répartition en taille des particules ni à leur nature. Les instruments de comptage optique actuellement disponibles s’avèrent souvent insensibles ou imprécis lors de la détection de particules très absorbantes comme les particules carbonées (suies). Nous avons développé dans le cadre de différents projets avec la société Environnement-SA un  nouveau concept de compteur d’aérosols peu sensible à la nature des particules. Ce concept se base sur la mesure aux petits angles de diffusion pour la détermination de la granulométrie entre 0.4 et ~100 mm. Le couplage de cette mesure à celle à d’autres angles de diffusion permet en plus une identification de la nature de ces aérosols. Différentes versions de ce concept sont en cours de réalisation : un instrument mesurant à 4 angles de diffusion pour les études de la qualité de l’air ambiant, un petit compteur embarquable sous tous types de ballons atmosphériques (avec en plus le LSCE, le LA et le CNES), ainsi qu’un mini-compteur pour l’étude de l’air intérieur (avec en plus la...

>> En Savoir Plus

Monday 02 April 2012

Séminaire LATMOS (Jussieu, salle 411) le…

Séminaire LATMOS (Jussieu, salle 411) le jeudi 5 avril 14h30 Orateur: Thomas Elste (Deutscher Wetterdienst, Hohenpeissenberg) Titre: Long-term measurements of biogenic and anthropogenic trace gases and aerosol monitoring at the German GAW site Hohenpeissenberg" Résumé: An overview of the measurement program of the global atmosphere watch (GAW) Station in Hohenpeissenberg will be given. Continuous OH and sulphuric acid measurements are available using a Chemical Ionization Mass Spectrometer since 1998. Such a long term record is a unique data set. The achievements in term of instrumental development and data analysis will be discussed.  

>> En Savoir Plus

Tuesday 27 March 2012

Séminaire LATMOS à Jussieu (salle 411) l…

Séminaire LATMOS à Jussieu (salle 411) le vendredi 30 Mars à 11h Orateur: Anne BOYNARD (NCAR, Etats-Unis) Titre: Bilan et variabilité du monoxyde de carbone troposphérique au-dessus des US durant l’été 2008En tant que traceur de pollution et précurseur de l'ozone troposphérique, le monoxyde de carbone (CO) est une espèce clé pour l'étude de qualité de l'air. Ce polluant est très variable et l’utilisation couplée des observations avec des modèles de chimie-transport peut fournir un meilleur aperçu, par exemple, pour le développement d’épisodes de pollution et le transport de pollution sur des échelles régionale à globale. Dans ce travail, nous analysons les concentrations de CO simulées par le modèle régional WRF-Chem au-dessus des Etats-Unis durant l'été 2008 afin de caractériser ses variations géographiques et temporelles à la surface, dans la basse troposphère et dans la troposphère libre. Le modèle est évalué par comparaisons avec des observations indépendantes : mesures de surface, aéroportées et satellitaires. Des traceurs de CO pour différentes sources d’émission sont également utilisés afin de différencier la variabilité due au transport, à la photochimie et aux émissions et afin d’évaluer le bilan du CO. Enfin, nous comparons la représentation de la variabilité du CO à la surface et dans la couche limite planétaire qui serait capturée par des observations représentatives de sondeurs satellitaires utilisant les différentes bandes spectrales du CO. Celles-ci comprennent les mesures dans l’infrarouge thermique (TIR) sensibles principalement aux concentrations de la troposphère libre, les mesures dans le proche infrarouge (NIR) sensibles à la colonne totale et les mesures multi-spectrales (TIR+NIR) qui offrent une sensibilité aux concentrations de la basse troposphère.

>> En Savoir Plus

Monday 19 March 2012

Séminaire LATMOS le 27/03

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphithéâtre Gérard Mégie) le 27 Mars à 11h Orateur: Federico Fierli (ISAC-CNR, Bologne) Titre: "Variability and trend of the stratospheric subtropical barrier"   Résumé: We analyse the average structure and the variability of the stratospheric dynamical barrier located in the subtropics. For this we use Probability Density Functions (PDFs) of the long-lived tracers nitrous oxide (N2O) and methane (CH4) from different satellite instruments: the Microwave Limb Sounder (MLS) on board Aura, the Michelson Interferometer for Passive Atmospheric Sounding (MIPAS) on board Envisat, the Sub-Millimetre Radiometre (SMR) on board Odin and the Halogen Occultation Experiment (HALOE) on board UARS, overall covering the time period of 1992–2009. In addition we apply the same analysis to CCMVAL model data for the same set of tracers and within a compatible time window. We present the analysis of the consistency among the different datasets and their capability of identifying mixing regions and barrier-to-transport regions in the stratosphere and the subtropical barrier location. There is a strong seasonality consistently represented by observations and models, characterized by the wintertime shift of the subtropical edge toward the summer hemisphere; in addition the barrier position is modulated by the QBO, due to the role of planetary waves breaking and residual circulation. We conclude our analysis evaluating possible trends in the barrier morphology and position at decadal timescale.  

>> En Savoir Plus

Tuesday 13 March 2012

Séminaire LATMOS à Guyancourt le 22 mars…

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphitéâtre Gérard Mégie) le 22 mars à 11h: Emmanuel Lellouch (LESIA, Obs. de Paris, Meudon): "Herschel observe le Système Solaire". Lancé en mai 2009, le satellite Herschel explore l'Univers dans le domaine submillimétrique, au moyen de trois instruments (spectromètres et photomètres) couvrant le domaine 55-700 microns. Les observations du Système Solaire sont principalement organisées au travers de 2 Key Programmes. Le programme "Water and related chemistry in the Solar System" consiste essentiellement en une étude des atmosphères planétaires et cométaires -- avec un accent particulier sur l'eau. On en présentera les résultats principaux notamment sur (i) l'origine de l'eau dans les planètes extérieures (ii) l'exploration du spectre de Titan (iii) le rapport D/H dans les comètes et l'activité des comètes distantes. On dira aussi un mot du programme "TNOs are cool: a survey of the transneptunian region" qui consiste à mesurer la taille, l'albédo, et les propriétés thermophysiques d'un grand échantillon d'objets transneptuniens.

>> En Savoir Plus

Thursday 01 March 2012

Séminaire LATMOS le 13 mars

Mardi 13 mars (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie, 11h) Robin Hogan (Professor of Atmospheric Physics, Head of Department for Research, University of Reading, UK): "Clouds and their turbulent environment" This talk will tackle two aspects of evaluating and improving the representation of clouds in weather and climate models using observational data, both of which involve the challenging problem of understanding the interaction between clouds and their turbulent environment. The first part will address the problem of why virtually all models grossly underestimate the occurrence of mid-level altocumulus clouds, which represent an important uncertainty in climate prediction. These clouds are difficult to simulate because are often much thinner than the vertical resolution of the model, and it is necessary to correctly represent the processes of longwave cloud-top cooling, turbulent mixing and the exchange of water between the ice, liquid and vapour phases.   We have developed a flexible 1D model that can address this problem by running it at a cloud radar and lidar site to see which parameterizations lead to the best agreement with observations.  Two key bits of physics are needed to improve the occurrence of these clouds: firstly, a new...

>> En Savoir Plus

Thursday 01 March 2012

Séminaire LATMOS le 7 mars

Mercredi 7 mars (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie, 11h) Robert M. Haberle (NASA/Ames Research Center): "Orbital Climate Change on Mars: The Role of Clouds" Variations in Mars’ orbit parameters have long been suspected of inducing changes in the planet’s climate system.  Published studies of this forcing mechanism have not included the role of clouds and how they alter the planet’s energy balance. In this seminar we will present results from the NASA/Ames Mars General Circulation Model that show the potential for a very strong cloud greenhouse effect at times in the past when summertime polar insolation was elevated with respect to present day. In some of our simulations the radiative effect of clouds increases global mean surface temperatures by over 30 Kelvins compared to the same simulation where the clouds are radiatively inert. The realism of this result depends on many factors, but among the most important is the model’s ability to accurately simulate the cloud formation process. We describe how this is done in the Ames model and discuss some preliminary simulations to assess its sensitivity to the dust cycle.

>> En Savoir Plus

Thursday 09 February 2012

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 16 févr…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amhpithéâtre Gérard Mégie) le 16 février à 11h: Denis Bourras (LATMOS): "Présentation du projet OCARINA : mesures à l'interface océan-atmosphère par un drône naval de surface"  L'estimation des flux à l'interface entre océan et atmosphère est un enjeu important pour documenter le bilan de chaleur en surface, et pour améliorer les paramétrisations utilisées dans les modèles de météorologie, de circulation océanique, et de climat. Ces paramétrisations ne sont pas encore précises dans tous les types de conditions environnementales. Les raisons sont d'ordre théorique mais aussi d'ordre expérimental, car les conditions rencontrées en haute mer sont des plus hostiles : pluie, embruns, et surtout perturbations des mesures par les plateformes de mesure elles-mêmes : mouvements parasites, déflexion de l'écoulement d'air, perturbations hydrodynamiques, et thermiques, et éloignement des mesures par rapport à l'interface. Au cours de ce séminaire, j'aborderai les questions liées à l'expérimentation, en présentant le trimaran autonome OCARINA (Océan Couplé à l'Atmosphère : Recherche Instrumentée sur Navire Annexe), les raisons de son développement, soit sa complémentarité par rapport aux moyens de mesure classiques que sont les bouées et les navires océanographiques. Je présenterai les premiers résultats obtenus suite aux récentes campagnes en mer CAROLS 2010 et FROMVAR 2011. Les deux plateformes ont effectué des mesures à 50 Hz du vent, de la température virtuelle, et des mouvements. Les mesures sont complétées par des stations météorologiques, des mesures des flux radiatifs, et de température et salinité de la mer. Je comparerai les séries temporelles obtenues avec OCARINA et le navire océanographique le Côtes...

>> En Savoir Plus

Friday 03 February 2012

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le jeudi 9…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre G. Mégie) le jeudi 9 février à 11h. Colin Wilson (AOPP, University of Oxford): "Measuring wind at the surface of Mars" (seminar in English!).   Surface-atmosphere exchanges of heat, momentum, volatiles and dust are responsible for much of the variability of the Martian climate; however, these exchanges are governed by boundary-layer winds, which are currently very poorly known. Boundary layer winds cannot be measured from orbit and must be measured from landers. Fast (10 Hz or more) 3-D wind sensors can resolve turbulent eddies, permitting eddy covariance measurement of heat and momentum fluxes. When combined with a tunable laser spectrometer and in situ dust-measuring instrumentation, measurements of volatile and dust fluxes are also possible. A particular focus of these instruments is the understanding of dust lifting: while the principle method of dust lifting appears to be saltation (liberation of dust particles by heavier sand grains), other mechanisms proposed include convective vortices, electrostatic charging, and thermopheresis (local thermal gradients), but the relative importance of these mechanisms is still not understood.   In this talk I will review the wide variety of different types of wind sensor which have been developed for (or deployed on) Mars landers. Detailed presentation of two wind sensors will be given: Firstly, a very lightweight 2-D thermal sensor which was flown to Mars on Beagle 2 in 2003 and which is proposed for re-flight in 2016; Secondly, a full 3-D ultrasonic anemometer, similar to those used for study of meteorological turbulence on Earth. The ability of these sensors -...

>> En Savoir Plus

Friday 27 January 2012

Séminaire LATMOS à Jussieu le vendredi 3…

Séminaire LATMOS à Jussieu (LATMOS, UPMC, 4 place Jussieu, Paris 5e, tour 45-46, 4ème étage, salle 411) le vendredi 3 février à 11h: Christos Zerefos (Univ. Athènes): "Recent results on the interannual variability of UV, ozone and interfering aerosols and cloudiness"   This study examines the long term variability of UV solar irradiances at 305nm and 325nm over selected sites in Canada, Europe and Japan. Site selection was restricted to the availability of the most complete UV spectroradiometric datasets during the period 1990–2011. The analysis includes the long-term variability of total ozone, aerosol optical depth and cloud fraction at the sites studied. The results, based on observations and modeling, suggest that over Canada, Europe and Japan the period under study can be divided into three sub-periods of scientific merit: The first period (1991–1994) is the period perturbed by the Pinatubo volcanic eruption, during which excess volcanic aerosol has enhanced the “conventional” amplification factor of UV-B at ground level by an additional factor that depends on solar elevation. The increase of the UV-B amplification factor is the result of enhanced scattering processes caused by the injection of huge amounts of volcanic aerosols during the perturbed period. The second period (1995–2006) is characterized by a 0.14% yr–1 increase in total ozone and an increasing trend in spectral irradiance by 0.94% yr–1 at 305nm and 0.88% yr–1 at 325nm. That paradox was caused by the significant decline of the aerosol optical depth by more than 1% yr–1 (the ‘brightening’ effect) and the absence of any statistically significant trend in the cloud fraction. The third period (2007–2011) shows statistically significant evidence of a slowdown or even a turning point in the previously reported upward UV-B trends over a...

>> En Savoir Plus

Thursday 22 December 2011

Séminaire LATMOS le 4 janvier à Guyancou…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre G. Mégie) le mercredi 4 janvier à 11h: Yann COURCOUX (OSU Réunion, CNRS/INSU/UMS 3365, SO NDACC): "Présentation de la station d'observation du Maïdo - mise en service juin 2012". La station d'observation du Maïdo est une infrastructure de recherche destinée au suivi des effets sur le long terme des paramètres physico-chimiques de la haute atmosphère terrestre. Située, à 2200 mètres d'altitude, aux latitudes subtropicales, au milieu de l'Océan Indien, elle accueillera mi-2012 des instruments rattachés aux Services d'Observation NDACC, RAMCES, ainsi qu'à terme à d'autres réseaux internationaux. La conférence vise à présenter le projet, son avancement, les nouveaux instruments qui vont y être installés mi-2012 et les potentialités du site en terme d'accueil de nouvelles équipes.

>> En Savoir Plus

Wednesday 21 December 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le lundi 9…

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphi G. Mégie) le lundi 9 janvier à 14h: Pierre-Emmanuel Kirstetter (NOAA/National Severe Storms Laboratory, Norman, Oklahoma, USA): "Estimation des précipitations depuis l'espace: challenges causés par la variabilité et la microphysique de la pluie". Les précipitations affectent le système climatique: la condensation/sublimation de vapeur d'eau en précipitation impacte sur le cycle hydrologique, redistribue chaleur et humidité dans l'atmosphère, contraint fortement la circulation générale, et pèse dans le bilan énergétique de la Terre. L'observation globale par télédétection (radar sol et satellite) ainsi que la représentation précise de processus précipitants convectifs dans des modèles numériques est vitale pour l'amélioration de notre compréhension actuelle et pour les simulations du futur climat de la Terre. On se concentre sur la télédétection active (radar) et passive (radiomètres micro-ondes) de la pluie depuis l'espace, car elle présente la plus forte connexion physique avec les précipitations. Ces estimations depuis des plate-formes défilantes sont combinées avec les mesures géostationnaires pour élaborer des produits globaux grillés. La propagation des incertitudes d'estimation dans les produits combinés n'est pas encore complètement comprise. Ces incertitudes sont causées par l'extrême ...

>> En Savoir Plus

Wednesday 21 December 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le vendred…

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphi G. Mégie) le vendredi 6 janvier à 14h: Mark A. Smith (Department of Chemistry, 216 Science and Research Bldg. 1, University of Houston, Houston TX 77204 USA): "Ion-Molecule Reaction Processes in a Molecular Beam-Ring Electrode Trap"   Ion-Molecule Chemistry in the new Coaxial Molecular Beam-Radiofrequency Ring Electrode Trap (CoMB-RET)   We describe a new coaxial molecular beam radiofrequency ring electrode trap (CoMB-RET) for the study of ion-molecule reaction rates over a broad temperature range.  This instrument is capable of delivering molecular beams from equilibrated effusive nozzles at temperatures ranging from 20-500K into a trapped ion cloud equilibrated via buffer gas cooling with an independently temperature tunable rf trap at temperatures between 20 and 500K. Extensive differential pumping allows for very long trap times even at high temperature and the chopped molecular beam allows for selective ion-molecule exposure times between 10 ms and 1 s or longer.  In this manner, it is possible to study the separate internal energy effects of both neutral and ionic reactants on reaction rate coefficients. In this contribution, we will discuss the properties and capabilities of this instrument and present initial reaction studies.  Following a discussion of the calibration reaction; N2+ +  H2O  ->  H3O+ +  N2 (1)   we will discuss two studies investigating oxygenation of organics, or oxygen fixation, in the system of H3O+ with acetylene.   Simple oxygenation of organics via H3O+:  Radiative association with C2H2 vs. reaction of C2H2 dimers   Production of oxygenated organics in the interstellar medium (ISM) possibly represents the first step towards the abiotic generation of molecules critical to life. Understanding their production mechanisms...

>> En Savoir Plus

Friday 09 December 2011

Séminaire LATMOS (Jussieu) le 14 décembr…

Séminaire LATMOS (Jussieu, Tour 45-46, salle 411) le mercredi 14 décembre à 11h: Shaun LOVEJOY (McGill University, Montréal, Canada): "Do GCM's predict low frequency weather... or the climate?" (le séminaire sera en français). Over twenty-five years ago, a three-regime scaling model was proposed describing the statistical variability of the atmosphere over time scales ranging from weather scales out to ? 100 kyrs. Using modern in situ data reanalyses, monthly surface series, 8 “multiproxy” series of the Northern hemisphere from 1500 - 1980, and ice core paleotemperatures at over the past 420 kyrs, we refine the model and show how it can be understood with the help of new developments in nonlinear dynamics, especially multifractals and cascades. In a scaling range, mean fluctuations in state variables such as temperature (?T) vary as ? ?tH the where ?t is the duration, scale. At small (weather) scales the fluctuation exponents H are generally >0; they grow with scale. At longer scales ?t >?w (? 10 days) H changes sign, the fluctuations decrease with scale; this is the low variability, “low frequency weather” regime. In this regime, the spectrum is a relatively flat “plateau”, its variability is low, the regime is stable corresponding to our usual idea of “long term weather statistics”. Finally for longer times, ?t>?c ? 10 - 100 years, once again H>0, so that the variability increases with scale: this is the true climate regime. These scaling regimes allow us to objectively define the weather as fluctuations over periods <?w, to define “climate states” as fluctuations at scale ?c and then “climate change” as the fluctuations in climate states at longer periods (?t>?c).We show that the ...

>> En Savoir Plus

Thursday 01 December 2011

Séminaire LATMOS (Jussieu) le 8 décembre…

            Séminaire LATMOS (Jussieu, salle 411) le 8 décembre à 11h: Alain Weill (LATMOS), "La contribution d'ESTER (LATMOS) au projet OPTIMISM (Observing Processes involved inThe sea-Ice Mass balance from In Situ Measurements) financé par l'ANR". Après quelques propos introductifs sur les régions arctiques et les questions relatives à la glace de mer, j'introduirai le projet OPTIMISM et la contribution d'ESTE dans la partie atmosphérique du projet: l’estimation des flux et du bilan d'énergie à la surface. Je décrirai le module instrumental BEAR (Bilan d'énergie en ARctique) et la méthodologie qui a été définie. En particulier j'exposerai la méthode de mesure des flux "bulk", ses fondements scientifiques et la stratégie proposée pour utiliser cette méthode au-dessus de surfaces enneigées et englacées. Les attendus en terme de précision dans l'estimation des flux et du bilan d'énergie seront discutés. Je décrirai des résultats expérimentaux obtenus au Spitzberg (Ny Alesund) en Mai- Juin 2010 au cours de la transition spectaculaire de printemps. La mise en œuvre de la bouée OPTIMISM en mer, fin Octobre  2011 sera présentée avec les difficultés à mettre un instrumentation en mer alors que la température de la mer y est légèrement positive, que l'air  proche  de la surface est à des températures au-dessous de -7°C et que la houle fait pencher dangereusement la bouée. La conclusion sera ponctuée par les contraintes de l'aventure et des questions qui restent encore à résoudre.

>> En Savoir Plus

Tuesday 22 November 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 1er déc…

Séminaire LATMOS,  le jeudi 1er décembre à 11h00, Guyancourt,amphithéâtre Gérard Mégie: Jonathan DUPLISSY (CERN, Genève, Suisse): « Formation des aérosols et particules cosmiques: L'experienceCLOUD au CERN ». L'expérience CLOUD au CERN étudie les mécanismes de nucléation, et notamment l'influence des rayons cosmique sur la nucléation. Une chambre à réaction, de 26 m3 a été construite pour simuler différente condition de l'atmosphère, basé sur un prototype essayé en 2006 (Duplissy et al., 2010 ACP). Le faisceau du Proton Synchrotron (PS), le plus petit des accélérateurs du CERN,produit un flux ajustable de particules de haute énergie qui traverse la chambre. La température de la chambre peut varier entre-80 et +100 C. L'air injecté dans la chambre est synthétisé à partir d'azote et d'oxygène liquide. Différent gaz tracés peuvent être injectés dans la chambre, tel que SO2, NH3, O3. A l'intérieur de la chambre, deux ventilateurs assurent un bon mélange de tout ces gaz. La lumière UV qui initie la photo-oxydation est amenée dans la chambre par un system de fibre optique. Pour chaque expérience, la température, l'humidité, les concentrations des gaz tracés, l'intensité du faisceau et l'intensité des UV sont ajustés et mesurés. Tout autour de la chambre une vingtaine de détecteurs fonctionnent en parallèle. Par exemple, les particules formées sont mesurées par un Aerosol Mass Spectrometer(AMS), un Scanning Mobility Particles Sizer (SMPS) et des Condensation Particle Counter (CPC). Deux Air Pressure Interface-time of flight-Mass Spectrometers (API-tof-MS), l'un en mode positive l'autre en mode négative, identifient les molécules ionisées qui forment le noyau des particules formées. Nous avons pu observer pour la première fois, molécule par molécule, le mécanisme de la formation de ces aérosols, pour le system eau-acide sulfurique ainsi que pour le system eau-acide sulfurique-ammoniac. La vitesse de formation des particules a été étudiée pour différente concentrations d'acide sulfurique...

>> En Savoir Plus

Monday 21 November 2011

Séminaire LATMOS (Jussieu) le 23 novembr…

Séminaire LATMOS (Jussieu), le mercredi 23 novembre à 11H: Dr. Elian Wolfram, CEILAP (Laser Research Center and Applications), Buenos Aires, Argentina: Ozone depletion measurements in Southern Patagonia. Université Pierre et Marie Curie, Tour 45-46, 4ème étage, salle 411. Since spring 2005 the Lidar Division of CEILAP, joined with French and Japanese researchers has been monitoring atmospheric parameters using lidar technologies in southern most continental part of South America. The Río Gallegos experimental site is located in South Patagonia (51º 55’S, 69º 14’W), in subpolar region and it is a convenient monitoring site of the atmosphere in the southern hemisphere. In this presentation I will describe the Río Gallegos site instrumental capabilities and I will present typical measurements of ozone profiles taken with a Differential Absorption Lidar and other ground based instruments during austral spring.

>> En Savoir Plus

Monday 21 November 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 22 nove…

Séminaire LATMOS le mardi 22 novembre à 13h30: Pétronille Kafando (LATMOS): "Ondes atmosphériques observées au cours de la mousson dans la basse stratosphère de l’Afrique de l’Ouest : caractéristiques énergétiques et spectrales". (Amphithéâtre Gérard Mégie, 11 boulevard d'Alembert, 78280 Guyancourt. Les ondes atmosphériques contribuent au couplage dynamique entre les différentes régions de l’atmosphère (de la troposphère aux régions supérieures) à travers le transport d’énergie, de quantité de mouvement et de certains constituants, participant ainsi à la circulation atmosphérique globale. Les ondes de gravité sont issues de plusieurs sources telles que l’orographie, les fronts, les variations d’intensité des jets, la convection et le cisaillement du vent. Dans les tropiques, la source dominante des ondes de gravité est la convection. Ce séminaire présentera une caractérisation des paramètres énergétiques et spectraux des ondes observées au-dessus de l’Afrique de l’Ouest durant la période de la mousson ouest-africaine, réalisée à partir des données radiosondages de la campagne AMMA. L’aspect climatologique sera également abordé à travers l’analyse sur 9 ans (2001-2009) des caractéristiques énergétiques. L’ensemble de ces résultats sera comparé aux résultats d’études ayant porté sur les ondes de gravité dans la basse stratosphère de l’Afrique.

>> En Savoir Plus

Thursday 10 November 2011

Séminaire LATMOS à Guyancourt le 17/11 à…

Séminaire LATMOS le 17/11 à 11h (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie) Cécile Takacs (LATMOS, UVSQ): "La chasse au trésor à la bibliothèque"  Depuis que nous sommes à Guyancourt nous pouvons considérer la bibliothèque comme la pointe visible de l'iceberg nommé SCD : service commun de la documentation de l'UVSQ. Nous nous retrouvons ainsi immergés dans un océan de ressources que nous ne gérons pas et dans lequel nous pourrions nous diluer. Le travail effectué à la bibliothèque doit nous permettre de garder la tête hors de l'eau et de maintenir une bonne visibilité. Ce séminaire doit vous permettre d'effectuer une plongée et de découvrir ce qui est en dessous de nous. Aussi à la pointe que nous soyons, nous reposons sur une masse utile que vous ne soupçonnez pas. Ainsi Dorothée Camus-Pain et Bruno Bonnenfant viendront vous présenter l'offre des services des bibliothèques universitaires (portail en évolution, abonnements, ressources numériques et e-books, offre de formation...) et vous proposeront une réflexion sur l'articulation de la politique documentaire de l'université avec les besoins des chercheurs, des ingénieurs et des techniciens du laboratoire. Au delà de la part considérable consacrée aux besoins des scientifiques à l'université de Versailles-Saint-Quentin, ne vous amputez pas des fonctionnalités auxquelles vous avez accès mais venez les découvrir.

>> En Savoir Plus

Thursday 10 November 2011

Séminaire LATMOS à Jussieu le 16 novembr…

Séminaire LATMOS le 16/11 à 11h (Jussieu, salle 411): Guillaume Payen (LATMOS) : "Améliorations du programme de traitement Lidar Ozone stratosphérique de l'OHP" Voila maintenant un peu moins de 2 ans que je travaille au LATMOS sur la chaîne de traitement du lidar ozone stratosphérique de l'OHP supervisée par Sophie Godin-Beeckmann. Je quitte le LATMOS à la fin du mois, pour un volontariat d'un an en Antarctique, sur la base de Dumont D'Urville, travailler sur le lidar ozone et aérosol (supervisé par Marion Marchand).Avant de partir, je souhaite valoriser mon travail au sein du laboratoire, en vous présentant les différentes améliorations que j'ai apporté au programme de traitement :- automatisation du traitement ozone- détection des fichiers parasites- calcul du rapport de diffusion par la méthode de Klett- étude des filtres numériques- étude sur la résolution de la mesure en sortie du programme (groupe ISSI).

>> En Savoir Plus

Thursday 03 November 2011

Séminaire LATMOS le 10 novembre à 11h

Séminaire LATMOS le 10 novembre à 11h: Dr Carlos PINTASSILGO (Assistant Professor à l’Université d’Ingénierie de Porto, Université de Porto, Portugal): "Simulation de la physico chimie de l'atmosphère de Titan par différents plasmas azote méthane." LATMOS/OVSQ, amhpithéâtre Gérard Mégie 11, boulevard d'Alembert 78280 Guyancourt L’atmosphère de Titan, satellite de Saturne, a la particularité de posséder une atmosphère composée principalement d’un mélange azote (95-98%) et de méthane (2-5%) dans laquelle se produisent des réactions qui entraînent la formation d’aérosols solides. Dans le domaine des simulations expérimentales en laboratoire de l’atmosphère de Titan, les décharges électriques dans des mélanges N2-CH4 sont utilisées depuis plusieurs années pour étudier la physico-chimie de la phase gazeuse, ainsi que la formation et caractérisation des analogues d’aérosols de Titan (tholins). Ces simulations peuvent être menées par différents types de plasmas. Durant ce séminaire, je présenterai des résultats concernant les décharges dans le mélange azote-méthane : décharges en courant continu, décharges pulsées, post -décharges micro-ondes et enfin les décharges RF (expérience PAMPRE du LATMOS). Un résumé des modèles numériques développés pour la simulation de ces décharges sera montré. Les résultats de ces modèles seront comparés avec des observations expérimentales obtenues dans ces décharges par plusieurs méthodes (spectrométrie de masse, spectroscopie optique, laser, etc…). Les caractéristiques et propriétés de ces différents types de plasmas N2-CH4 (composition chimique, pression, température, formation/déposition des tholins, …) seront discutées dans le cadre de la simulation de l’atmosphère de Titan.

>> En Savoir Plus

Thursday 27 October 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 2 novem…

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphithéâtre Gérard Mégie) le mercredi 2 novembre à 11h. Claire Revillet et Olivier Thauvin (LATMOS): "Présentation des langages utilisables en science". Étape parfois négligée lors de la création d'un projet, le choix du langage de programmation s'avère pourtant capital sur le long terme. Il existe un grand nombre de langages, mais tous ne sont pas adaptés à toutes les situations et si certains peuvent paraitre séduisant à court terme, faire évoluer le code après quelques années peut s'avérer très délicat.Afin de vous aider dans ce choix, nous vous proposons une présentation d'un panel langages utilisables au laboratoire. Nous mettrons en évidence pour chaque langage les points forts et points faibles à la fois dans un contexte informatique général, mais également par rapport à nos domaines de recherche.

>> En Savoir Plus

Monday 17 October 2011

Séminaire LATMOS le 21 octobre à 14h

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie) le vendredi 21 octobre à 14H. Dimitra Koutroumpa (LATMOS): "Emissions X et phénomènes d'échanges de charge dans le système solaire et au-delà." L'échange de charge est un processus physique de base qui implique le transfert d'électrons liés entre des particules en collision. C'est un phénomène qui joue un rôle fondamental à l'équilibre de l'interface héliosphérique entre le vent solaire et le milieu interstellaire. Des échanges de charge entre des ions hautement ionisés et des particules neutres émettent également des rayons X par désexcitation radiative des nouveaux ions issus de ces collisions. Dans le système solaire, la source d'ions lourds se trouve dans la couronne solaire, propagés par le vent solaire, alors que les exosphères planétaires (la Terre, Mars) et cométaires, ainsi que les neutres interstellaires qui traversent l'héliosphère constituent des cibles neutres pour ce phénomène. Les émissions X par échanges de charge du vent solaire peuvent être à la fois un signal d'intérêt dans les études du système solaire, ou un bruit d'avant plan pour les études des plasmas chauds de la galaxie et au-delà. Les émissions X par échanges de charge dans la géocouronne et l'héliosphère entourent les observatoires en orbite terrestre et rajoutent un fond variable à toute observation X dans le domaine d'énergies inférieures à 1.5 keV. Je vais présenter un résumé de nos connaissances actuelles sur ces phénomènes, en insistant sur les émissions X des planètes et de l'héliosphère et la contribution de celle-là au fond diffus X interstellaire. Enfin, je vais brièvement discuter le rôle de ce mécanisme d'émission dans d'autres cas astrophysiques au-delà du système solaire.

>> En Savoir Plus

Thursday 16 June 2011

Séminaire LATMOS le vendredi 24 juin

Séminaire LATMOS le vendredi 24 juin à 11h (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie): Laurent Piau:«Dynamique de la surface solaire: simulations et observables». L'énergie solaire reçue par notre atmosphère provient de la région de surface de l'étoile. La structure de cette région est déterminée par l'interaction entre le transport convectif et radiatif de l'énergie. Elle est de plus fortement affectée par l'activité magnétique. Des efforts importants d'observation (missions spatiales SDO et Picard) et de modélisation sont en cours. Durant ce séminaire je présenterai l'outil de simulation 3D que j'utilise pour suivre l'hydrodynamique et le magnétisme de l'atmosphère solaire. Cet outil éclaire la dynamique de l'étoile en prédisant des quantités directement observables. En particulier je montrerai comment il permet de calculer l'assombrissement au limbe du Soleil et quels sont les phénomènes qui peuvent en modifier le profil.

>> En Savoir Plus

Friday 10 June 2011

Séminaire LATMOS

Séminaire LATMOS à Guyancourt (amphithéâtre Gérard Mégie) le jeudi 16 juin à 11h. Olivier Thauvin (LATMOS): "Aide à la gestion des codes au sein du labo et de l'IPSL". Quelle méthodologie, simple et sûre, appliquer pour mettre au point un logiciel, un site web ou même une documentation ? Et si nous sommes plusieurs à devoir intervenir dessus ? Ce besoin n'est pas nouveau et des solutions techniques existent depuis longtemps. Le but de ce séminaire est de faire le tour à la fois des besoins et des solutions existantes, en particulier de celles que l'on trouve dans le monde du logiciel libre. Je vous présenterais les outils de versionnement (subversion), de communication(listes de diffusion, wiki) et de gestion qui sont disponibles au laboratoire et sur la forge de l'IPSL.

>> En Savoir Plus

Thursday 19 May 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 26 mai …

Séminaire LATMOS (Guyancourt) le 26 mai à 11h:  "Vers un modèle générique et parallèle de l’interaction plasmas-neutres dans les environnements planétaires." R. Modolo1, S. Hess1, M. Mancini1, JY. Chaufray2, F. Leblanc1, E. Richer3, G. Chanteur3, M. Yagi2, R. Allioux4, N. André4, P. Louarn4 1 LATMOS, Guyancourt ; 2 LMD, Paris ; 3 LPP, Palaiseau ; 4 IRAP, Toulouse   Tous les objets du système solaire sont plongés dans un écoulement magnétisé, un plasma non-collisionnel, qui interagit avec eux en transférant une partie significative de sa quantité de mouvement et de son énergie dans leur atmosphère et/ou leur surface. Ce transfert est particulièrement efficace pour les objets faiblement magnétisés (Mars, Vénus, Titan et les comètes) et pour les objets possédant une magnétosphère très confinée (Mercure, Ganymède,..).   Cette interaction contribue à l’érosion de l’enveloppe gazeuse ou de la surface de ces objets. Le couplage électromagnétique avec ces environnements neutres a lieu au travers des processus d’ionisation qui agissent comme catalyseurs : l’ionisation par les photons solaires, les échanges de charges et l’ionisation par impact électronique de leur haute atmosphère/exosphère si il y en a unes ou la charge de surface, son criblage par le plasma incident et l’ionisation de leur exosphère dans le cas contraire. Ces planètes et satellites (Mars, Vénus, Titan, Mercure, Ganymède et les comètes) font l’objet d’une attention particulière de la communauté internationale avec des missions spatiales en cours, en préparation ou en phase d’étude. Les observations in situ offrent une quantité importante de mesures permettant de caractériser l’environnement au voisinage de la sonde spatiale, mais ces mesures mono-satellitaires sont localisées spatialement et temporellement, et elles ne permettent généralement pas de distinguer les variations spatiales des variations temporelles. L’interprétation des observations est facilitée quand on dispose d’un modèle permettant d’avoir une vue d’ensemble de la région étudiée et des processus qui y ont lieu.   Le CETP et le...

>> En Savoir Plus

Thursday 12 May 2011

Séminaire LATMOS (Jussieu)

Séminaire LATMOS (Jussieu, Université Pierre et Marie Curie, Tour 45-46, 4ème étage, salle 411) le jeudi 19 mai à 11h: Rémi Thieblemont (LPC2E, Orléans): "Phénomènes remarquables lors des réchauffements stratosphériques finaux : les « Frozen In Anticyclones". Durant l’hiver Arctique, le tourbillon polaire s’installe dans la stratosphère, devenant par voie de conséquence, le réacteur chimique qui participe activement à la destruction de l’ozone. Il perdure jusqu’au printemps où il est alors disloqué lors du réchauffement stratosphérique final. L’occurrence de ces réchauffements finaux montre une très grande variabilité au cours du temps qui est à ce jour mal comprise. De nombreux phénomènes dynamiques sont en lien direct avec ces réchauffements finaux, en particulier les FrIACs (« FRozen In AntiCyclones »). Dans un premier temps, je décrirai et présenterai une climatologie des phénomènes FrIACs qui prennent place au moment des réchauffements finaux. La formation de ces anticyclones résulte de l’advection de masses d’air tropicales vers les pôles. La détection de trois de ces évènements (2003, 2005 et 2007) et leur caractérisation a été effectuée en utilisant les données du satellite MLS (Microwaves Limb Sounder) et les résultats du modèle d’advection de vorticité potentielle MIMOSA. Un diagnostique sur les champs de vent et température ré-analysés (ERA-Interim) du centre européen nous a permis d’identifier les conditions nécessaires à la formation de FrIACs tels que la fréquence des réchauffements stratosphériques soudains et la phase de l’oscillation quasi biennale, mettant en évidence l’importance du couplage entre les tropiques et les pôles. Ces résultats ont été confirmés lors de l’hiver 2010/2011. En étendant cette climatologie jusqu’aux années 1960 de nouvelles questions scientifiques importantes que je présenterai s’ouvrent aujourd’hui.

>> En Savoir Plus

Thursday 12 May 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt)

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre) le mercredi 18 mai à 11h: Alice Le Gall (Jet Propulsion Laboratory, CA): "Titan aux micro-ondes". Depuis octobre 2004, le radar de la sonde Cassini ausculte la surface du plus gros satellite de Saturne à une fréquence de 13.78 GHz (?~2.18 cm). Perçant le voile opaque de l’épaisse atmosphère de Titan, il y a notamment révélé la présence de cratères d’impacts, de lacs d’hydrocarbures, de montagnes, de dunes ou encore de vallées fluviales. Outre ses trois modes de fonctionnement actifs (SAR, scatteromètre et altimètre), le radar de Cassini peut effectuer des mesures passives (mode radiomètre) et accéder ainsi au rayonnement micro-onde de Titan qui dépend à la fois de la température, de la composition et de la structure de la surface. L’analyse conjointe des données radar et radiométriques apporte un éclairage supplémentaire sur les propriétés des différentes unités géologiques de Titan. En particulier, elle a montré qu’un certain nombre de régions présentaient des coefficients de rétrodiffusion radar anormalement élevés. En ce qui concerne les vallées fluviales brillantes de Titan notamment, ce constat est attribué à la présence de dépôts sédimentaires similaires à ceux observés sur le site d’atterrissage de Huygens. D’autre part, les observations radar et radiométriques ont permis d’établir que les champs de dunes linéaires constituaient le plus important réservoir de matière organique sur Titan. Elles ont également montré que la morphométrie des dunes variait avec l’altitude et la latitude posant ainsi de nouvelles contraintes sur la géologie et le climat du satellite de Saturne.

>> En Savoir Plus

Monday 02 May 2011

Séminaire LATMOS à Guyancourt le jeudi 5…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre Gérard Mégie) le jeudi 5 mai à 11h: Michel Cabane (LATMOS UPMC): "Mars, le rover MSL2011 et l’instrument SAM". La planète Mars se trouve au bord de la zone habitable autour du Soleil, où la Terre, évidemment, occupe la place de choix. Pourquoi ne pas penser qu’ont pu exister, sur Mars, des périodes favorables à l’apparition de la vie ? Le gros –presque une tonne- rover NASA MSL2011 (arrivée sur Mars en Août 2012) va explorer sa surface pendant deux années terrestres, et l’un de ses buts est de chercher des indices dans ce sens. Les instruments de bord sont dévolus à l’étude de l’environnement, de l’atmosphère, de la géologie-minéralogie et à la recherche de molécules organiques. L’instrument SAM (GSFC NASA) a pour tâche, outre l’analyse de l’atmosphère, d’étudier des prélèvements de sol pour en retirer des informations sur la nature inorganique (molécules adsorbées ou structurelles de minéraux) ou organique des composants d’un échantillon. Après mise en condition pour l’analyse, celle-ci s’effectue par spectrométrie de masse, ou spectrométrie IR ou chromatographie en phase gazeuse (LATMOS, LISA, ECP) ; les données fournies par SAM, jointes aux autres résultats obtenus sur MSL, devront permettre de mieux comprendre ce qui s’est passé sur Mars, et, par là, d’en déduire des indices sur ce qu’a été la Terre il y a 3 à 4 milliards d’années.

>> En Savoir Plus

Thursday 14 April 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéât…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre) le mardi 19 avril à 10h. Ignacio Pisso (JAMSTEC): "Emission location dependent ozone depletion potentials for very short-lived halogenated species". We present trajectory-based estimates of Ozone Depletion Potentials (ODPs) for very short-lived halogenated source gases as a function of surface emission location. The ODPs are determined by the fraction of source gas and its degradation products which reach the stratosphere, depending primarily on tropospheric transport and chemistry, and the effect of the resulting reactive halogen in the stratosphere, which is determined by stratospheric transport and chemistry, in particular by stratospheric residence time. Reflecting the different timescales and physico-chemical processes in the troposphere and stratosphere, the estimates are based on calculation of separate ensembles of trajectories for the troposphere and stratosphere. A methodology is described by which information from the two ensembles can be combinedto give the ODPs. The ODP estimates for a species with a fixed 20 d lifetime, representing a compound like n-propyl bromide, are presented as an example. The estimated ODPs show strong geographical and seasonal variation, particularly within the tropics. The values of the ODPs are sensitive to the inclusion of a convective parametrization in the trajectory calculations, but the relative spatial and seasonal variation is not. The results imply that ODPs are largest for emissions from South and South-East Asia during Northern Hemisphere summer and from the Western Pacific during Northern Hemisphere winter. Large ODPs are also estimated for emissions throughout the tropics with non-negligible values also extending into northern mid-latitudes, particularly in the summer. These first estimates, whilst made under some simplifying assumptions, show larger ODPs for certain emission regions, particularly South Asia in NH Summer, than have typically been reported by previous studies for emissions distributed over land in within broad latitudinal bands.

>> En Savoir Plus

Thursday 14 April 2011

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéât…

Séminaire LATMOS (Guyancourt, amphithéâtre) le jeudi 21 avril à 11h: Julien Delanoe (LATMOS): "Synergie instrumentale pour mieux comprendre les nuages". Les nuages sont des entités extrêmement complexes et de ce fait très intéressantes, ils sont composés d’eau et par conséquent peuvent être formés d’eau à l’état liquide mais aussi solide revêtant la forme de cristaux de glace et même parfois d’un mélange des deux. Les nuages vont donc, en fonction de leur nature, montrer des propriétés radiatives et microphysiques assez différentes ce qui constitue encore aujourd’hui un « casse-tête » pour les représenter dans les modèles à la fois de prévision numérique du temps et de climat.  Au cours de ce séminaire j’illustrerai certaines des techniques les plus récentes, comme la synergie radar-lidar-radiomètres à la fois spatiale et aéroportée, pour étudier les processus nuageux. Je montrerai également comment nous pouvons espérer une amélioration de leur représentation dans les modèles météorologiques et climatiques.

>> En Savoir Plus

Friday 08 April 2011

Séminaire LATMOS le 14 avril à 10h

Séminaire LATMOS le jeudi 14 avril à 10H, OVSQ, Guyancourt, Amphithéâtre Gérard Mégie. Philippe Forget, DR CNRS, LSEET (Toulon): "Télédétection marine by radar atmosphérique cohérent en bande X" . L'étude présente l'analyse d'échos de mer captés par le radar Hydrix installé par Novimet au nord de Nice. Ce radar est opérationnel pour les précipitations dans la région. Les signaux marins sont observés exclusivement au niveau de l'élévation la plus faible (-0.4°). Des estimations du coefficient de rétrodiffusion de la mer sont effectuées à partir de l'équation radar et de la bonne connaissance des paramètres de calibration du radar. Ces estimations ainsi que les propriétés Doppler du signal sont examinées et discutées en fonction des paramètres dont on dispose pour caractériser les conditions météo-océanographiques (modèle de vent, bouée Côte d'Azur). Ce travail conduit à suggérer une possible exploitation océanographique de radars du même type, qui  mis en réseau, sont capables de couvrir de vastes régions côtières avec des résolutions spatio-temporelles adhoc. Cependant, certaines questions de physique de la mesure doivent être préalablement éclaircies.

>> En Savoir Plus

Thursday 31 March 2011

Séminaire à Guyancourt le 8 avril à 11h

Séminaire LATMOS, OVSQ, Amphithéâtre Gérard Mégie, vendredi 8 avril à 11H: Panayotis Lavvas (LPL, University of Arizona): "Photochemical aerosols: Production, evolution, and their role in Titan's atmosphere". Titan's aerosols are a result of the complex photochemistry that takes place in the satellite's atmosphere. The Voyager missions identified the main impact of aerosols in the stratosphere, but the Cassini/Huygens mission has revealed a far more complex and intriguing picture: aerosols are detected at as high altitudes as in the thermosphere, they form multiple detached layers above the stratospheric main haze layer, they extended all the way to the surface in the main haze layer, and eventually cover the satellites surface. I will present an overview of the latest observations regarding the aerosols properties as revealed by the Cassini/Huygens instruments, and furthermore discuss recent simulations for the aerosol production and evolution. These demonstrate the feedback of aerosols in the gas phase chemistry of the atmosphere, and their role in cloud formation in the lower atmosphere.

>> En Savoir Plus

Thursday 17 March 2011

Séminaire LATMOS à Guyancourt le mardi 2…

Séminaire LATMOS à Guyancourt le mardi 22 mars à 14h (amphithéâtre Gérard Mégie): Christopher Williams, NOAA/CIRES, University of Colorado, Boulder, USA: "Vertical air motions and raindrop size distributions retrieved during TWP-ICE using vertically pointing profiling radars". Vertically pointing profiling radars (profilers) observe the vertical structure of precipitating cloud systems as they pass directly overhead.Profilers are part of the instrument suite used in NASA PrecipitationMeasurement Mission (PMM) Ground Validation (GV) field campaigns to identify and diagnose the reflectivity vertical structure during convective and stratiform rain regimes. The raindrop size distribution (RDSD) throughout the rain column can be estimated from collocated profilers operating at 50-and 920-MHz. The 50-MHz profiler directly measures the vertical air motion while the 920-MHz profiler measures the Doppler motion of the hydrometeors.The vertical air motions and RDSDs retrieved from the profilers near Darwin, Australia, during the Tropical Warm Pool International Cloud Experiment(TWPICE) will be presented.

>> En Savoir Plus

Tuesday 25 January 2011

Séminaire LATMOS le jeudi 27 janvier à 1…

Séminaire LATMOS , Jeudi 27 janvier à 11h, Amphithéâtre Gérard Mégie, Guyancourt . Valérie Ciarletti (LATMOS): "WISDOM: un radar dimensionné pour révélé  les structures de la couche superficielle du sous-sol de Mars" . WISDOM est sélectionné pour faire partie de la charge utile sur le Rover  de la mission ESA ExoMars 2018. L'instrument est développé au LATMOS en collaboration avec le LAB de Bordeaux, et l'Université de Dresden, Allemagne. Un prototype en forme très voisin du modèle de vol final est actuellement disponible et en cours de validation et tests sur milieux artificiels et naturels. L'objectif étant de connaître les performances de l'instrument dans des environnements très différents  et de développer les codes de traitement et d'interprétation des données qui seront utilisés par la suite sur les données martiennes. L'exposé présentera rapidement le contexte de la mission ExoMars, l'instrument avec les choix techniques qui ont été faits.  Des résultats préliminaires de mesures seront présentés (tests sur cibles artificielles et campagnes de mesures sur l'Etna et dans les Alpes).

>> En Savoir Plus