bandeau_ballon.jpg



Bienvenue sur le site de l'équipe ESTER

Le domaine scientifique du département ESTER concerne les échanges entre atmosphère et surfaces (continentales ou océaniques), l’étude des surfaces (continentales, océaniques) et des sub-surfaces. Ce domaine comporte un aspect thématique et un aspect de physique de la mesure. Ce domaine de recherche est relatif à :

  • L'étude et la modélisation des interactions entre les ondes électromagnétiques, les surfaces naturelles et le sous-sol terrestre ou planétaire. Ce domaine a pour objectif de comprendre et modéliser l'ensemble de la chaîne d'observation mettant en jeu l'utilisation des ondes électromagnétiques, que ce soit dans le domaine de l'optique ou des hyperfréquences. Il vise en particulier à développer des modèles directs permettant de prédire le signal mesuré en fonction des caractéristiques du milieu. Les processus de diffusion des ondes (diffusion de volume, diffusion par les surfaces rugueuses) font l'objet de modélisations de divers niveaux de complexité, et reposent sur la description précise du milieu naturel (atmosphère terrestre, surfaces continentales, surfaces océaniques, sous-sols terrestre et planétaires) faisant appel à la modélisation du milieu ou aux méthodes statistiques. Le développement de méthodes d'inversion fait également partie de ce domaine, incluant des études de sensibilité des méthodes d'inversion aux divers paramètres influençant le signal à inverser.
  • L'étude des interactions entre atmosphère et surfaces. L'enjeu général des recherches dans ce domaine est de contribuer à l'amélioration des connaissances sur les processus physiques influant sur les transferts d'énergie et de matière dans l'atmosphère météorologique et aux interfaces (surface terrestre et océanique/Couche Limite Atmosphérique) à différentes échelles de temps et d'espace, avec une focalisation sur les interactions, à partir d'observations et de modélisation. Les principaux thèmes d'intérêt concernent les échanges océan/atmosphère aux échelles locale et régionale, les bilans d'eau de surface à l'interface atmosphère/surface continentale.

La spécificité du département sur ces thèmes est de privilégier à la fois l'observation du milieu par des méthodes de télédétection (radars, radiomètres), par des mesures in situ (mesures de flux, de grandeurs d'état), la modélisation du milieu, des interactions ondes-milieu naturel et des interactions atmosphère-surface et l'analyse de données de télédétection spatiale. Les observations permettent de décrire la dynamique, la thermodynamique, l'état de surface, l'eau en surface et en profondeur aux échelles de temps et d'espace selon que l'observation est réalisée depuis le sol, sur avion ou à bord de satellites. La modélisation est un outil de connaissance à la fois des surfaces ou sous-sol observés et des interactions entre une onde électromagnétique et un milieu aléatoire.

Le département ESTER est divisé en deux équipes :

« Surface et Interface Océanique » dont le travail vise à mieux comprendre et quantifier les échanges d'énergie à l'interface air/mer ainsi que le couplage entre ces échanges et les dynamiques océanique et atmosphérique.

« Surfaces, Subsurfaces et Interfaces Continentales »  dont une partie du travail vise à mieux comprendre et bien modéliser les échanges d'énergie et de matière entre le sol, la végétation et l'atmosphère. Une autre partie du travail consiste à développer des outils de compréhension et de description dans le but d'atteindre ces objectifs et d'interpréter les mesures. Enfin, un travail de mise au point d'instruments et de méthodes d'interprétation est entrepris pour l'observation et la mesure des sous-sols.

 

FaLang translation system by Faboba